La porte-parole du directeur de campagne de Trump nie les accusations de violences contre son patron

© Capture d'écran Twitter

A peine nommé directeur de campagne de Donald Trump, Steve Bannon a subi un intense bashing de la part des médias américains qui ont publié un rapport d'il y a 20 ans sur une affaire de violences domestiques et d'antisémitisme le concernant.

Le 26 août, des informations publiées par le New York Times et le New York Post ont révélé que Steve Bannon, nouveau directeur de campagne fraîchement nommé par Donald Trump, avait été accusé de violences domestiques en 1996.

Les révélations des deux quotidiens américains indiquent pourtant que des actes d'accusation ont été émis à l'encontre de Steve Bannon, mais que l'affaire a été classée car Mary Louise Piccard, sa femme, n'avait pas comparu à l'audience pour confirmer les accusations de violences domestiques qui visaient son conjoint.

Les médias indiquent que la police avait été appelée au domicile du couple, qui vivait alors à Santa Monica en Californie, le soir du nouvel an 1996. Les officiers avaient alors trouvé Mary Louise Piccard prostrée et traumatisée avec des traces d'étranglements au cou et des bleus aux poignets, après une dispute concernant les finances du couple. 

Selon les documents judiciaires, Mary Louise Piccard a signalé aux enquêteurs que son mari lui avait ordonné de quitter la ville en menaçant de la laisser sans aucune ressource avec leurs deux enfants. 

Steve Bannon aurait également cassé le téléphone du domicile lorsque son épouse a tenté d'appeler la police.

La porte-parole de l'intéressé, Alexandra Preate, a nié en bloc ces accusations, affirmant que Steve Bannon avait une «très bonne relation» avec son ancienne épouse.

Steve Bannon également accusé d'antisémitisme 

Mais les violences domestiques ne sont pas la seule chose dont l’ex-femme de Steve Bannon l’accuse. Mary Louise Piccard affirme en effet que son ex-mari avait fait des déclarations antisémites lors que le couple discutait d’une école pour y placer leurs filles jumelles. Selon elle, Steve Bannon était contre une école prestigieuse de Los Angeles parce qu'il «ne voulait pas que les filles aillent à l’école avec des juifs».

Une nouvelle fois, sa porte-parole s'est empressée de démentir ces accusations : «Steve Bannon n’a jamais dit une chose pareille et a envoyé avec fierté les filles à Archer pour leurs études secondaires.»

De la finance à la campagne de Donald Trump

Le 17 août, le magnat de l'immobilier Donald Trump avait nommé Steve Bannon, président exécutif du média Breitbart et ancien banquier d'investissement, directeur général de sa campagne.

Lire aussi : L'homme fort de la campagne de Donald Trump démissionne sur fond de scandale de corruption

Selon de nouveaux sondages réalisés par l'Université Quinnipiac (Connecticut), Donald Trump se trouve toujours derrière sa rivale démocrate Hillary Clinton qui le distance de 10 points (51 contre 41). 

Lire aussi : Hillary Clinton ? C’est «le diable», assure Donald Trump

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales