Yémen : l'ONU accuse l'Arabie saoudite d'usage de bombes à sous-munitions contre des civils

Des bâtiments en ruine à Sanaa, après des frappes aériennes de la coalition menée par l'Arabie saoudite, en mars 2016.© MOHAMMED HUWAIS Source: AFP
Des bâtiments en ruine à Sanaa, après des frappes aériennes de la coalition menée par l'Arabie saoudite, en mars 2016.

Les Nations unies ont appelé à la création d'un organisme international indépendant afin d'enquêter sur les violations des droits de l’Homme au Yémen, en proie à un conflit meurtrier depuis deux ans. L'Arabie saoudite est notamment visée.

Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme a accusé Riyad d'être responsable de la majorité des pertes civiles dans le conflit yéménite, soulignant que l'armée saoudienne avait fait usage de bombes à sous-munitions contre des zones habitées, en violation du droit international.

Dans un rapport publié le jeudi 25 août, l'organisme onusien dénonce les nombreuses exactions commises au Yémen, en proie à la guerre depuis 2014, parmi lesquelles des attaques ciblant des écoles, des hôpitaux et des marchés, l'emploi de mines terrestres ou encore le recrutement d’enfants soldats. Le document indique par ailleurs qu'au moins 7,6 millions d'individus, dont trois millions de femmes et d’enfants, souffrent désormais de malnutrition et de manque d'eau potable dans le pays.

Afin d'enquêter sur ces nombreuses violations des droits de l'Homme, l'ONU a réclamé jeudi la création d'un organisme international indépendant.

Une guerre civile impliquant l'Arabie saoudite et l'Iran

La guerre civile yéménite, responsable de la mort de plus de 3 000 civils, oppose depuis 2014 les rebelles chiites houthis, proches de l'ex-président Ali Abdallah Saleh et soutenus par l'Iran, aux partisans du président Abd Rabbo Mansour Hadi, en exil en Arabie saoudite.

Le conflit a gagné en ampleur en mars 2015, lorsque Riyad a pris la tête d'une alliance arabe afin d'enrayer l'avancée des rebelles. Ceux-ci contrôlent actuellement la capitale du pays, Sanaa, ainsi qu'une importante partie du territoire national.

Le mercredi 24 août, des parlementaires américains ont appelé Washington à stopper ses ventes d'armes à l'Arabie saoudite, en raison de la mort de nombreux civils due à l'implication de celle-ci dans le conflit yéménite.

Lire aussi : Un soldat américain aurait été tué au Yémen selon des rebelles houthis

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales