Pour Merkel, ce ne sont pas les réfugiés qui ont importé le terrorisme en Allemagne

Source: Reuters

L’extrémisme islamiste existait déjà en Allemagne avant l’afflux migratoire, a affirmé Angela Merkel, insistant sur le fait que les réfugiés n’avaient pas apporté le terrorisme dans le pays et contredisant ainsi une déclaration précédente.

«Le phénomène du terrorisme islamiste, de Daesh, n’est pas un phénomène qui est venu chez nous avec les réfugiés, nous l’avions déjà», a déclaré Angela Merkel lors d’un meeting de campagne électorale avant les élections régionales qui auront lieu dans le land de Mecklembourg-Poméranie occidentale. La chancelière allemande a indiqué que l’islam avait le droit d’exister dans le pays comme toute autre religion tant qu’elles ne violaient pas la Constitution.

Les mosquées dans lesquelles l’islam radical est propagé sont sous stricte surveillance, a assuré Angela Merkel, promettant au passage de renforcer les capacités de l’Etat pour améliorer la sécurité en Allemagne.

La dirigeante allemande a en outre déploré que de plus en plus d’Allemands aillent à l’étranger pour rejoindre les rangs de Daesh. Selon le ministre allemand de l’intérieur Thomas de Maiziere, un total de 800 personnes se seraient rendus en Syrie et en Irak depuis l’Allemagne.

Ces déclarations interviennent un mois après des propos d’un tout autre type : Angela Merkel avait en effet reconnu que des terroristes se mêlaient aux flux de migrants arrivant en Europe. «Le flux de réfugiés a été utilisé pour faire entrer des terroristes en Europe», avait-elle déclaré en juillet dernier.

L’Allemagne est le pays européen qui a accueilli le plus grand nombre de réfugiés. Les sentiments anti-migrants s’intensifient parmi les Allemands après la vague d’attaques de cet été qui comprend notamment une attaque à la hache près la ville de Wurzburg et un attentat-suicide à Ansbach en Bavière. Des migrants ont été identifiés comme responsables de ces dernières attaques, deux d’entre elles étant liées au terrorisme islamiste.

Après cette série d’attaques, la cote de popularité d’Angela Merkel a enregistré une baisse, alors que celle du parti antimigratoire AfD a augmenté. Malgré cette baisse de popularité et les récents attentats, la chancelière affirme que la politique migratoire de l’Allemagne ne changera pas.

Lire aussi : Renseignement : des membres de Daesh arrivés en Allemagne comme réfugiés prêts à passer à l’acte

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales