Alger convoque un diplomate tunisien à cause d'une taxe frontalière sur les ressortissants algériens

Un point de contrôle à la frontière tunisienne Source: Reuters
Un point de contrôle à la frontière tunisienne

Le chargé d’affaires de l’ambassade de Tunisie a dû rencontrer le secrétaire général du ministère algérien des Affaires étrangères en raison des tensions suscitées par une taxe imposée aux Algériens par la Tunisie pour entrer dans le pays.

Les tensions sont apparues quand les autorités tunisiennes ont décidé d'imposer une taxe de 30 dinars tunisiens (environ 12 euros) pour les Algériens se rendant en voiture en Tunisie, une destination populaire parmi les Algériens. Les voyageurs algériens, furieux, demandent annuler cette mesure ou de mettre en place une taxe similaire pour les Tunisiens. Des manifestants algériens ont même momentanément fermé deux postes-frontière, celui de Bétita et celui de Ras El Ayoun, selon le journal algérien El Watan.

Lire aussi : Algérie : la question berbère

Face à ces actions de protestation, les autorités algériennes se devait de réagir et le ministère algérien des Affaires étrangères a convoqué le chargé d’affaires de l’ambassade de Tunisie. Cependant, il n’est pour l'heure pas dit que, après cette rencontre, la taxe en question pourrait être annulée. Le communiqué laconique du ministère algérien des Affaires étrangères indique que les deux parties ont abordé «les conditions d'accueil des citoyens algériens en déplacement en Tunisie durant la saison estivale, tout en soulignant l'importance de poursuivre les efforts pour lever les obstacles entravant le circulation des personnes entre l'Algérie et la Tunisie, qui reste une destination touristique privilégiée pour les Algériens».

Les Algériens aiment passer leurs vacances en Tunisie : selon la Police algérienne des frontières, depuis le 1er août 17 000 Algériens traversent quotidiennement les frontières. Durant la même période en 2015, ce chiffre s’élevait à 10 000 personnes par jour.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales