La Chine lance le premier satellite impossible à hacker (VIDEO)

Source: Reuters

Mardi 16 août, la Chine est devenue le premier pays au monde à lancer un satellite à communication quantique. Une percée technologique non négligeable pour Pékin, qui ambitionne de mettre en place un système inviolable de communications cryptées.

Le lancement a été effectué à 01h40 heure locale (soit à 17h40 lundi 16 août, heure française) en Mongolie intérieure, dans le désert de Gobi, a annoncé l'agence officielle Chine nouvelle. 

Le satellite, nommé Mozi en l'honneur d'un philosophe chinois du cinquième siècle avant notre ère, sera utilisé pour démontrer l'intérêt de la technologie quantique dans les communications longue distance.

A la différence des méthodes classiques de transmission sécurisée, le système utilise des photons (une particule fondamentale du champ électromagnétique) pour envoyer les clés de cryptage nécessaires au décodage de l'information.

Les données contenues dans ces photons sont impossibles à intercepter : toute tentative d'espionnage provoquerait leur autodestruction, affirme Chine nouvelle.

La satellite tentera d'envoyer des données cryptées entre Pékin et Urumqi, capitale de la région du Xinjiang (nord-ouest), distantes de près de 2 500 kilomètres.

Course technologique

L'opération est néanmoins délicate, et nécessitera que le satellite soit orienté de façon extrêmement précise vers des stations réceptrices situées sur Terre, explique Chine nouvelle.

La Chine, qui vise à créer un réseau mondial de communications quantiques d'ici 2030, a investi d'énormes ressources financières dans ce marathon technologique. Développer cette nouvelle technologie est un objectif crucial pour Pékin, qui l'a incluse dans son nouveau plan quinquennal publié en mars. Les Etats-Unis, le Japon et d'autres nations souhaitent elles aussi s'imposer dans cette technologie.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales