Un ministre israélien justifie le profilage des musulmans

Le ministre des Transports et des Renseignements Israël Katz, (gauche) assis à côté du Premier ministre Benjamin Netanyahou Source: Reuters
Le ministre des Transports et des Renseignements Israël Katz, (gauche) assis à côté du Premier ministre Benjamin Netanyahou

Un ministre israélien a justifié lundi 20 juin le profilage des musulmans pour des raisons de sécurité. Une pratique controversée aux Etats-Unis, que le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump voudrait la mettre en place.

«Il existe parfois un certain type de terrorisme, comme le terrorisme islamiste. Il n'est possible de le déceler que parmi les musulmans», a déclaré le ministre des Transports et des Renseignements Israel Katz aux journalistes. Les services de renseignement «doivent déterminer d'où viennent les dangers et les localiser», a-t-il ajouté.

Après Israël, cette pratique pourrait bien faire des émules aux Etats-Unis où Donald Trump a affirmé dimanche 19 juin que son pays devrait réfléchir à la mise en place de mesures similaires de profilage des musulmans afin de lutter contre les attaques d'inspiration jihadiste.

«Je pense que le profilage est une option à laquelle il va nous falloir commencer à réfléchir en tant que pays», a déclaré à CBS le milliardaire, qui s'était félicité il y a une semaine d'avoir «eu raison sur le terrorisme islamique» juste après l'attentat sanglant commis dans une boîte gay d'Orlando.

«Des pays y ont recours, comme Israël et d'autres, et cela marche en ce qui les concerne», a ajouté Donald Trump, en concluant : «Ce n'est pas la pire des choses à faire.» Le Premier ministre Benjamin Netanyahou, à la tête du gouvernement le plus à droite de l'histoire d'Israël selon les commentateurs, ne cesse de pourfendre le «terrorisme international» et «l'extrémisme islamiste».

Lire aussi : Israël : un mouvement pro-colons appelle à un Brexit pour punir l'UE

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales