Le «cratère de l'apocalypse» apparu mystérieusement en Sibérie s'agrandit

© Capture d'écran, compte Twitter @Strange_Sounds

Un gigantesque cratère en Sibérie avait fait la une des journaux après sa découverte dans la péninsule de Taïmyr, dans le nord de la Sibérie en 2013. En trois ans, le cratère, profond de 100 mètres, a vu sa taille initiale augmenter 15 fois.

Aujourd’hui, le diamètre de ce cratère appelé Deriabinskaïa est de 70 mètres, alors que, il y a trois ans, il n’était pas de plus de quatre mètres de large.

Quant aux raisons de son apparition, parmi les nombreuses et diverses théories, on trouve des phénomènes géologiques, des fusées abandonnées ou, bien sûr, une responsabilité... extraterrestre.

Selon les scientifiques, le cratère serait le résultat d’une explosion de méthane en sous-sol. Les alentours du cratère Deriabinskaïa sont riches en gaz naturel, qui aurait explosé à cause d'une combinaison de sel et d’eau.

Pour l’heure, le cratère est rempli d'eau, créant un lac. Ce nouveau réservoir est apparu avec la disparition du permafrost et les murs du cratère s'étant tassés.

Les étendues sauvages de Russie ont vu la formation de plusieurs gigantesques trous dans le sol sibérien durant l'été 2014. Leur origine est parfois difficile à déterminer et suscite de nombreuses interrogations. C’est le cas d’un cratère de 80 mètres, découvert dans la péninsule de Yamal, dans le nord-ouest de la Sibérie.

Lire aussi : Etat d’urgence dans le Sud-Est de la Russie : la taïga en flammes, le lac Baïkal menacé (VIDEO)

Les scientifiques, qui avaient par la suite identifié six autres trous similaires dans cette même région ainsi que dans le nord de la région de Krasnoïarsk, au centre de la Sibérie, considèrent que ce phénomène est étroitement lié au réchauffement climatique.

C'est «similaire à l’éruption d’un volcan», a fait savoir à l’époque le géologue russe Vassili Bogoïavlenski, directeur adjoint pour les travaux scientifiques de l’Institut de recherche sur le pétrole et le gaz de l’Académie des sciences russes. «En fondant, le sous-sol sibérien libère du méthane, qui s’accumule jusqu’à ce que le sol explose, d’où la formation de cratères.»

Les scientifiques cherchent encore à déterminer la dangerosité de ces trous. Le méthane est en effet un gaz extrêmement inflammable, ce qui peut constituer un danger lorsque, comme c’est le cas pour l’un d’entre eux, le cratère est situé près d’un gisement de gaz exploité.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales