L'OTAN lance l'exercice militaire le plus grand depuis 1989, Moscou récuse toute volonté belliqueuse

Le ministre de la Défense Antoni Macierewic Source: Reuters
Le ministre de la Défense Antoni Macierewic

Intitulé Anaconda 2016, cet exercice militaire qui doit durer dix jours va impliquer près de 31 000 militaires et des milliers de véhicules à travers 24 pays. Il a été lancé ce lundi 6 juin en Pologne, à Varsovie.

L'Organisation du traité de l'Atlantique nord cherche de nouveau à faire une démonstration de force face à la Russie. Les pays partenaires ont salué cette initiative bien que les experts sécuritaires avertissent que toute mésaventure pourrait déclencher une réaction offensive de Moscou. Un attaché de défense au sein d'une ambassade européenne de Varsovie a déclaré que le «scénario catastrophe» de l'exercice, nommé Anaconda 2016, serait «un accident, une erreur de calcul que les Russes interprètent, ou choisissent d'interpréter, comme une action offensive», rapporte le Guardian.

Moscou a catégoriquement rejeté l'existence d'un projet d'agression russe contre l'alliance et a déclaré que le bloc atlantiste tombait dans l'hystérie anti-russe pour justifier l'augmentation des dépenses de défense en Europe. «Je suis convaincu que tout homme politique sérieux et honnête est bien conscient que la Russie n'essaiera jamais d'envahir un pays membre de l'OTAN. Nous n'avons pas de tels projets», a réagi le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov. Il a affirmé qu '«il n'y a pas de menaces dans cette partie du monde, qui justifierait [que l'OTAN] se développe».

Dans l'intervalle, a déclaré le chef de la diplomatie russe, la décision de l'OTAN de transférer son infrastructure militaire au plus près des frontières de la Russie et d'accepter de nouveaux membres serait vu de façon négative à Moscou. «Dans ce cas, le droit souverain de la Russie d'assurer sa sécurité entrera en vigueur, [faisant usage] de méthodes adéquates pour [répondre aux] défis d'aujourd'hui».

Près de 14 000 soldats américains, 12 000 polonais

L'exercice, que les responsables américains et polonais ont officiellement lancé lundi 6 juin près de Varsovie, est présenté comme un test de la coopération entre les commandements et les troupes alliées en réponse aux menaces militaires, chimiques et cybernétiques. Il représente le plus grand mouvement de troupes alliées étrangères en Pologne en temps de paix. Pour la première fois depuis l'invasion nazie du pays, occupé ensuite par les Soviétiques, les chars allemands vont traverser le pays d'ouest en est.

Géré par le général polonais Marek Tomaszycki, l'exercice comprend 14 000 soldats américains, 12 000 soldats polonais, et 800 de Grande-Bretagne et d'autres en provenance de pays non membres de l'OTAN. Les opérations multinationales médiatisées jusqu'à présent comprennent un parachutage impliquant 2 000 parachutistes sur la ville polonaise de Torun ce mardi 7 juin, au nord du pays, la construction d'un pont permettant le transport de 300 véhicules sur la rivière Vistule et une nuit «agression» impliquant 35 hélicoptères.

Des paramilitaires polonais participent à l'opération

Anaconda 2016 est le prélude à un sommet de l'OTAN à Varsovie les 8 et 9 juillet prochain, où les membres de l'organisation devraient se mettre d'accord sur le positionnement d'un nombre important de troupes et de matériel en Pologne et dans les Etats baltes.

L'exercice intervient à un moment sensible pour les militaires de Pologne, après la mise à la retraite forcée d'au moins cinq hauts généraux depuis l'arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement conservateur, à qui l'on reproche de s'être engagés dans l'armée au moment de l'époque soviétique. A tel point que les forces armées polonaises se sont récemment trouvées incapables de fournir un général pour le centre de commandement multinational de l'OTAN à Szczecin.

Selon des sources sécuritaires polonaises, le moral serait au plus bas chez les militaires depuis la nomination de Antoni Macierewicz en tant que ministre de la défense, rapporte le Guardian. Les soldats professionnels sont particulièrement préoccupés par un manque de clarté entourant la création et le rôle d'une armée territoriale de 17 brigades, formés à partir des 35 000 membres des clubs de tir de Pologne et des groupes paramilitaires, dont certains, seraient liés à des mouvements hooligans racistes. Deux de ces brigades de volontaires vont aider l'armée professionnelle polonaise pendant l'opération Anaconda.

Lire aussi : L’OTAN déploie des troupes supplémentaires dans six Etats d’Europe de l’Est

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales