«Ne laissez pas l’Italie seule face à la crise des migrants», implore Rome après les naufrages

Des migrants à bord d'un canot de sauvetage sur l'île italienne de Lampedusa© Darrin Zammit Lupi Source: Reuters
Des migrants à bord d'un canot de sauvetage sur l'île italienne de Lampedusa

Tandis que les naufrages se multiplient ces derniers jours en Méditerranée et que l’afflux de migrants vers l'Europe devrait continuer à croître au cours de l'été, le président italien a demandé à Bruxelles de ne pas détourner les yeux de la crise.

«L’Italie et l’Europe doivent la reconnaissance» aux habitants de Lampedusa pour «les vies sauvées, pour l’accueil offert à ceux qui fuient la faim et la guerre», a déclaré le président de la République italienne Sergio Mattarella vendredi, en visite sur l’île, qui est premier point d’arrivée sur le Vieux Continent pour de nombreux migrants.

Il a ensuite demandé l’assistance de l’Union européenne dans le dossier migratoire, appelant : «Ne laissez pas l’Italie faire face seule aux migrants.»

117 corps découverts par les autorités libyennes

L’appel du président de la république italienne survient alors que les autorités libyennes ont annoncé, le même jour, avoir retrouvé les corps de plus d’une centaine de migrants au large de la côte ouest du pays. Ceux-ci pourraient provenir de l’un des trois bateaux qui ont coulé la semaine passée au large de la Libye.

Toujours vendredi, neuf personnes ont perdu la vie dans le naufrage d’une nouvelle embarcation de réfugiés près de la Crête. Des centaines d'entre eux sont toujours portées disparus, ont indiqué les garde-côtes grecs, alors qu'«au moins 700 migrants» étaient à bord du bateau, selon l’Organisation internationale pour les migrations.

Depuis janvier 2016, quelques 204 000 personnes ont traversé la Méditerranée pour rejoindre l’Europe, rapporte le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Sur la même période, 2 500 sont mortes en tentant le périlleux voyage, alors que les pays européens continuent à faire face à la crise migratoire la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales