Arabie Saoudite : la flagellation pour les femmes qui fouillent dans le téléphone de leur mari ?

Arabie Saoudite : la flagellation pour les femmes qui fouillent dans le téléphone de leur mari ? Source: Reuters
Suivez RT France surTelegram

Les saoudiennes pourraient peut-être bientôt être envoyées en prison, voire subir des coups de fouets si elles s'avisaient de fouiller dans le smartphone de leur mari à l'insu de ce dernier. Le motif ? Une violation... de la vie privée.

En Arabie Saoudite, les femmes n'ont pas le droit de sortir du pays sans leur mari ou un tuteur masculin, ni le droit de conduire une voiture. Mais ce n'est pas tout : elles pourraient bientôt s'exposer à de l'emprisonnement ou des peines de flagellation si celles-ci sont surprises en train d'inspecter le téléphone de leur mari sans permission.

Selon l'avocat Mohammed Al-Temyat, qui se décrit comme un membre du «Programme de la sécurité familiale» du gouvernement saoudien, fouiller dans le téléphone portable de son conjoint est une infraction largement suffisante pour que les saoudiennes s'exposent à un procès et des peines lourdes. Dans une interview au journal La Mecquerapportée par The Independant, il précise que ces sanctions relèveraient de la justice civile et non de la justice religieuse.

Le débat enfle dans la société saoudienne, notamment sur les réseaux sociaux avec le hashtag (en arabe) «flagellation». Cette utilisatrice de Twitter écrit ainsi : «Ils ennuient les femmes qui surveillent le portable de leur mari, alors que les femmes vivent toute leur vie sous la surveillance des hommes».

Après son refus de voir évoluer l'interdiction faites au femmes de conduire une automobile, le vice-prince héritier Mohammed bin Salman ne semble pas prêt d'adopter une politique susceptible de bousculer l'ordre conservateur de la société saoudienne. Certains religieux parmi les plus éminents du pays ont d'ailleurs mis en garde contre le risque de voir des femmes conduire. Le Grand Mufti Cheikh Abdulaziz bin Abdullah al-Cheikh a récemment déclaré que permettre aux femmes de conduire était une «affaire dangereuse qui ne devrait pas être autorisée». En 2013, le cheikh Saleh al-Lohaidan affirmait que les femmes risquaient d'endommager leurs ovaires si elles conduisaient elles-mêmes une automobile.

En Arabie Saoudite, les restrictions rencontrées par les femmes sont nombreuses : obligation de porter des vêtements amples, interdiction d'ouvrir un compte bancaire, difficultés pour accéder à l'enseignement universitaire...

Récemment, un chef religieux saoudien aurait même signé une fatwa autorisant les maris... à manger des parties du corps de leur femmes en cas de famine.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix