Quand un autocollant anodin sur une voiture mène un Belge à être suspecté de terrorisme

L'autocollant ayant conduit à un malentendu avec la police suisse © Johan Van Cutsem
L'autocollant ayant conduit à un malentendu avec la police suisse

Un photographe belge qui rentrait de vacances d’Italie en voiture via la Suisse ne se doutait pas que l’autocollant ramené d’Islande «IS» lui vaudrait d’être confondu avec un sympathisant de l’Etat islamique...

Après avoir remarqué être suivi par la police pendant plusieurs minutes, Johan Van Custem a finalement été arrêté avec son épouse par deux policiers en armes et portant des gilets pare-balles. Un des agents leur a alors demandé s’ils s'étaient déjà rendus en Islande, pendant que l’autre maintenait nerveusement sa main sur son arme de service en attendant leur réponse. En effet, Etat islamique s'écrit «Islamic state» en anglais, ou encore «Islamischer staat» en allemand.

«J’ai répondu que c’était le cas. Nous y sommes allés à de nombreuses reprises. Les policiers sont alors devenus sympathiques et nous ont présenté leurs excuses pour nous avoir dérangés», a déclaré le photographe au site islandais mbl.is. Selon lui, le fait de rouler avec des plaques belges le rendait d’autant plus suspect  aux yeux de la police, que des attentats venaient d’avoir lieu à Bruxelles seulement six jours auparavant.

Evidemment, Johan Van Custem et son épouse n’ont pas été poursuivis pour apologie du terrorisme. Néanmoins, la police leur a conseillé de cacher cet autocollant pour éviter toute nouvelle méprise. Loin de vouloir cacher son amour pour l’île, le photographe a simplement ajouté un nouvel autocollant à sa voiture : «North Iceland». En effet, sa voiture porte ce sticker depuis sa première visite en Islande il y a douze ans.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales