Alerte sur les institutions : de la propagande de Daesh saisie chez deux employés de l’UE

Source: Reuters

Des sympathisants de Daesh ont pénétré dans le cœur même de l’Union européenne : deux chauffeurs travaillant pour l’UE à Bruxelles et Strasbourg ont été licenciés et font actuellement l’objet d’une enquête après la saisie de matériel djihadiste.

Selon le journal allemand Der Spiegel, le service de sécurité du Parlement européen a déclenché l’alarme après avoir découvert que deux employés, en charge de conduire les députés, avaient en leur possession des CD contenant de la propagande de Daesh.

Alors que l’on ignore les circonstances exactes et la date de cette découverte, il est indiqué que ces conducteurs travaillaient pour un sous-traitant de l’UE, qui faisait appel à leurs services autant à Bruxelles qu’à Strasbourg.

«Les deux employés d’un service privé de chauffeurs ont été licenciés, la police enquête sur eux», ont rapporté les journalistes.

«Après avoir appris que d’autres conducteurs de ce même service avaient des antécédents criminels, le bureau du Parlement européen a décidé le 11 avril de cesser toute collaboration et de n’employer à l’avenir que des chauffeurs directement recrutés par le Parlement», a souligné le journal. En conséquence de cette décision, les dépenses annuelles du bureau augmenteront de presque 4 millions d’euros, indique le site britannique The Daily Mail.

Au final, il pourrait s’agir au total de trois employés de l’UE liés au groupe djihadiste. En effet, l'un des kamikazes qui a mené les attaques terroristes meurtrières à Bruxelles le 22 mars avait déjà travaillé comme concierge au Parlement européen, ont confirmé les autorités de l’institution. Selon un responsable de l'UE, il s'agirait du prénommé Najim Laachraoui, 25 ans, qui d’après un magazine de propagande de l’Etat islamique, était bien l’artificier des attentats de Paris et de Bruxelles.

Lire aussi : Le suspect des attentats de Bruxelles accusé d’avoir aussi participé aux attaques de Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales