Entre l'OTAN et l'Arabie Saoudite, le gouvernement canadien fait des infidélités à ses électeurs

Source: Reuters

Le contrat de vente de véhicules blindés à l'Arabie Saoudite n'est qu'un élément de plus de la confusion qui règne dans la politique étrangère canadienne, piégée entre promesses électorales et obligations envers ses alliés.

Le contrat de 15 milliards de dollars pour la vente de véhicules blindés à l'Arabie Saoudite, signé par le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion (un habitué des rencontres du Groupe Bilderberg) vendredi dernier, met en lumière plusieurs aspects intéressants quant au rôle militaire du Canada au sein de l'OTAN. Il ne s'agit là que d'une énième promesse non tenue de Justin Trudeau, qui semble aujourd'hui plus intéressé à l'idée de satisfaire ses alliés américains et saoudiens qu'à agir en fonction des promesses faites à sa propre population quant à cette alliance avec l'un des régimes les moins respectueux des droits de l'homme de par le monde. Le nouveau premier ministre s'était pourtant fait élire en novembre dernier après avoir promis une politique de fermeté envers une famille royale saoudienne qui ne rechigne pas à faire décapiter tous ceux qui pourraient être «coupables» d'adultère, d'homosexualité, de sorcellerie et de militantisme.

Fermeté pré-électorale

Ainsi, le 2 mars 2015, à neuf mois de son élection, le parti Libéral émettait un communiqué condamnant le traitement inhumain imposé à Raif Badawi, condamné à dix ans d'emprisonnement et 1 000 coups de fouet pour avoir créé un blog en faveur de la liberté d'expression : «Malheureusement, la réaction du gouvernement conservateur (prédécesseur des Libéraux) a été cruellement insuffisante. Le gouvernement doit agir immédiatement pour obtenir la libération de monsieur Badawi. Nous demandons instamment au ministre des Affaires étrangères de demander de la façon la plus ferme possible que Sa Majesté le roi Salmane gracie Raif Badawi et l’autorise à revenir au Canada pour qu’il puisse rejoindre sa famille.» Maintenant qu'il est au pouvoir, cette volonté de fermeté de Justin Trudeau semble avoir fondu comme neige au soleil et s'est transformée en juteux contrats : 15 milliards de dollars et 1 500 nouveaux emplois dans l’industrie militaire canadienne.

Interrogé sur ce point, le premier ministre a expliqué qu'un nouveau gouvernement ne pouvait se permettre d'annuler un contrat signé par un gouvernement précédent, et ce même si l'Arabie Saoudite viole les droits de l'homme en toute impunité.

«Il serait effectivement à peu près impossible pour le Canada de faire affaire dans le monde s’il y avait une perception que n’importe quel contrat, qui va au-delà du mandat d’un gouvernement, pourrait ne pas être honoré. Le Canada est un État de droit et peu importe notre opinion du gouvernement précédent, ils ont été élus de façon démocratique, ils ont signé un contrat et nous sommes tenus de respecter ce contrat», a-t-il dit. Mais malheureusement pour Trudeau, il s'agit là d'un mensonge de plus, le contrat en question ayant été signé par les Libéraux le 7 avril dernier, déclanchant l'indignation publique sur Twitter. Avant la signature, des étudiants de l'université de Montréal, menés par le professeur et ancien député du Bloc québécois et du Parti québécois Daniel Turp, avaient lancé le 21 mars dernier un recours judiciaire par le biais d'une mise en demeure, encore aujourd'hui sans réponse. 

«Les lois canadiennes ne permettent pas au gouvernement de délivrer des licences d’exportation de matériel de guerre à l’Arabie Saoudite. On ne devrait pas exporter de tels véhicules dans un pays qui brime de façon sérieuse et répétée les droits humains», a pu dire le professeur Turp, cherchant à faire bloquer cette vente de 700 véhicules blindés et appuyé par deux avocats qui ont décidé de lui prêter main forte. Selon eux, ce contrat est contraire aux lois canadiennes, voire à la Charte canadienne des droits et libertés. Pour Maître Asselin, ce contrat irait à l’encontre de la Loi sur les licences d’exportation et d’importation et même d'un manuel adopté par le gouvernement de Joe Clark en 1986. Un communiqué de presse émis à l'époque disait que «le gouvernement canadien n’émettr[ait] plus de licence pour l’exportation d’équipement militaire à destination de pays où les droits des citoyens font l’objet de violations sérieuses et répétées de la part du gouvernement.» 

Le Canada, part ou part pas?

La dichotomie entre le discours de campagne du gouvernement actuel et sa politique ne s'arrête pas là. Alors qu'il promettait que le Canada se retirerait de la coalition bombardant en Syrie et en Irak, Trudeau en retira finalement au mois de mars les six CF-18 après plusieurs mois de tergiversations, tout en laissant trois avions canadiens au service de l'OTAN. Ce retrait de quelques avions a par ailleurs été compensé par une augmentation du personnel terrestre canadien dans la région, passé de 650 à 830 personnes.

Source: Reuters

Un nouveau contrat douteux

Dans l'optique de jouer un rôle exemplaire - et même accru - au sein de l'OTAN, le Canada semble revenir sur sa décision d'abandonner un contrat de 44 milliards pour l'achat d'avions F-35 destiné à renouveler son cheptel de chasseurs bombardiers.

L'abandon de ce contrat douteux faisait aussi partie des promesses pré-électorales. Trudeau avait alors expliqué que des chasseurs construits par Boeing, Griffon ou Eurofighter coûteraient beaucoup moins cher que les F-35, dont les dépassements budgétaires et les ratés technologiques font de ce modèle l'avion le plus cher de l'histoire et la risée auprès de tous les spécialistes. Le F-35 présente plusieurs problèmes importants à différents niveaux. Sa technologie serait tellement compliquée qu'elle rendrait les pilotes vulnérables à n'importe quelle attaque. Une simulation de combat entre le F-35 et un vieux F-16 conçu pendant les années 1970 aurait tourné à l'avantage du vieux chasseur. Même les vieux Mig-29 et SU-27 soviétiques lui sont supérieurs.

En dépit de ces inconvénients, le gouvernement du jeune premier ministre canadien vient de payer une cotisation annuelle de 33 millions de dollars, simplement pour rester sur la liste des clients prioritaires du F-35, un avion dont on ne voudrait pourtant plus selon les voix officielles des autorités canadiennes. Le sénateur conservateur Daniel Lang, qui mène le volet sénatorial pour la sécurité nationale et la défense, s'interroge sur l’extrême confusion qui entoure cette décision de rester en lice pour cet avion: «Pourquoi est-ce que quelqu'un dépenserait des millions pour rester dans un programme dans lequel il dit ne plus vouloir participer?» Le ministre de la défense nationale Harjit Sajjan, lui, sans aller dans le détail, n'écarte tout simplement plus l'achat des F-35: «Le véritable enjeu est que nous voulons nous assurer de remplacer les CF-18 et avoir un aéronef approprié qui réponde aux besoins du Canada. C’est ce que nous sommes déterminés à faire.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales