L’opposition accuse le gouvernement canadien d’avoir menti sur la vente d’armes à l’Arabie saoudite

L’opposition accuse le gouvernement canadien d’avoir menti sur la vente d’armes à l’Arabie saoudite© Drew Angerer Source: AFP
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau

Alors que le gouvernement libéral défend le très controversé contrat de 13 milliards de dollars, soutenant qu'il s'agit d'une «affaire conclue» depuis deux ans, de nouveaux documents révèlent que le permis d’exportation a été signé… vendredi dernier.

C’est en février 2014, sous le précédent gouvernement conservateur, que l’accord de vente de véhicules blindés a été conclu entre le Canada et Riyad.

Mais depuis que les libéraux sont arrivés au pouvoir en novembre, avec à leur tête le Premier ministre Justin Trudeau, les critiques des défenseurs des droits de l'homme fusent sur ce soutien militaire à l’Arabie saoudite, régulièrement accusée de violer les droits humains.

Les conservateurs eux-mêmes dénoncent la vente d’armements, qui serait la plus importante jamais réalisée dans l’histoire du pays. Face à ces accusations, Justin Trudeau refuse de résilier le contrat : signé depuis deux ans, il serait dès lors impossible d’y mettre fin sans avoir à essuyer de grosses pénalités financières.

Seulement voilà, les documents révélés cette semaine par le département de la Justice, suite à des poursuites judiciaires entamées par des opposants, montrent que le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion a signé la licence d’exportation vendredi 8 avril, scellant de sa main l’accord.

Dans la foulée des révélations, de sérieuses accusations ont été portées contre lui, notamment par Thomas Mulcair, dirigeant du Nouveau parti démocratique, d’obédience socialiste.

«Le gouvernement a menti aux Canadiens à propos de qui a signé quoi à quel moment dans l’accord d’armements saoudien et c’est un problème très grave», a déclaré celui-ci.

Le ministre, lui, ne se laisse pas faire.

Les meilleures (…) informations indiquent que l’Arabie saoudite n’a pas utilisé l’équipement [militaire vendu par le Canada] pour violer les droits de l’homme

Il a ainsi expliqué aux médias locaux qu’aucun abus n’avait été commis avec le matériel militaire fourni à la monarchie par le Canada depuis 1993.

Depuis le début, en mars 2015, de la campagne saoudienne de bombardements au Yémen afin d’y combattre les rebelles chiites Houthis, quelques 6 300 personnes, des civils pour la moitié d’entre elles, ont péri, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé.

En savoir plus : ONU : la coalition saoudienne a tué «deux fois plus de civils» au Yémen que les autres forces

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»