Loi Travail : les banques en ligne de mire des manifestants (PHOTOS)

© Charles Platiau Source: Reuters

Les Français ont de nouveau manifesté contre la Loi Travail. Alors que certaines manifestations se sont déroulées sans encombre, d’autres ont été la scène de violents heurts avec la police. Les banques ont été les premières à en faire les frais.

Paris, Rennes, Strasbourg, Nantes ou encore Lyon, la mobilisation générale contre la loi proposée par la ministre du Travail, Myriam El Khomri, a rassemblé, samedi 9 avril, environ 120 000 Français. 

Entre 18 000 et 20 000 manifestants auraient défilé à Paris, selon la police, alors que les syndicats parlent de 110 000 personnes.

Lire aussi : Fillon «choqué» que «Nuit debout» soit toléré en plein état d'urgence

La colère monte chez les manifestants

A Paris, Rennes et Nantes, les chants des manifestants ont de nouveau laissé place à de violents affrontements entre casseurs et forces de l’ordre. Vingt-six personnes ont été interpellées, dont neuf à Paris, selon le ministère de l’Intérieur.

Lire aussi : Nouvelles manifestations contre la loi Travail, entre revendications et violences (VIDEOS, PHOTOS)

A Rennes, la manifestation a dégénéré en un échange de projectiles et de gaz lacrymogènes entre les manifestants et les policiers. Plusieurs personnes auraient été blessées, dont un journaliste qui a été transporté à l’hôpital après avoir reçu une grenade lacrymogène sur la tête.

Mais ce n’est pas tout. Au fur et à mesure que les manifestations se répètent, les manifestants rejettent leur colère et leur exaspération sur les symboles d’une société qu’ils contestent. Les banques sont les premières à en être la cible.

Des pierres sont jetées sur les vitrines, les distributeurs sont vandalisés, les façades sont taguées.

Le mouvement «Nuit debout» a également été le théâtre de plusieurs actes de violence contre des banques partout en France. 

Lire aussi : «Nuit debout» à République, dans l'attente d'un mouvement «qui est en train de naître» (PHOTOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales