A Shanghai, ceux qui ne rendent pas visite à leurs grands-parents en maison de retraite seront punis

© Aly Song Source: Reuters

Cette nouvelle mesure, mise en place par la ville de Shanghai rentrera en vigueur le 1er mai 2016 dans la mégalopole chinoise, qui devrait compter jusqu'à 6 millions de personnes âgées en 2025.

Les autorités de Shanghai ont annoncé des nouvelles mesures drastiques pour s'assurer que les enfants n'oublient pas de rendre visite aux membres de leurs famille bénéficiant de soins en maison de retraite, a annoncé le People's Daily Online.

Ceux qui voudraient déroger à la règle et omettre de rendre visite à leurs grands-parents seront sanctionés par une mauvaise note. 

La mesure, qui entre en vigueur le 1er mai prochain, jour de la Fête du Travail, permettra aux retraités du troisième âge, qui n'ont pas la chance de recevoir des visites de leurs proches, de déposer plainte contre leur famille.

Les enfants qui persisteraient à négliger leurs aînés se verront attribuer une mauvaise note qui pourrait avoir des conséquences négatives sur leur réputation à leur travail et dans la société, les pénalisant ainsi dans leurs démarches pour acceder à des biens, acheter une maison et même dans certains cas pour fréquenter des lieux publics. 

Le règlement met également en place un système d'alerte pour les maisons de soins pour personnes âgées, stipulant que les organisations devraient rappeler aux membres de la famille d'aller voir leurs parents plus souvent au lieu de les abandonner.

Il est également inscrit qu'au cours de ces visites, les enfants doivent fournir un soutien financier et spirituel à leurs parents.

Cette nouvelle loi a suscité un débat sur le réseau social chinois Weibo, car il arrive souvent que des enfants travaillant à l'autre bout du pays ne peuvent pas rentrer voir leur famille aussi facilement.

Lire aussi : Pékin limitera sa population à 23 millions d'habitants d’ici 2020

Un internaute chinois, cité par le Daily Mail, a écrit que ses parents lui «manquaient énormément», mais comme son travail se trouve à 3 000 km d'eux et vu ses longues heures de travail, venir les voir régulièrement «relève de la mission impossible».

Shanghai n'est pas la première ville de Chine à adopter cette loi, qui est déjà en vigueur à Guangdong et Jiangsu.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales