Belgique : des barrages filtrants mis en place contre la taxe kilométrique

Source: Reuters

Les chauffeurs de poids lourds belges ont organisé des barrages filtrants sur les principaux axes qu'ils empruntent, depuis dimanche 3 avril, pour s'opposer à la mise en place de la taxe kilométrique.

Pourtant annoncée depuis plusieurs semaines, la mise en place de cette nouvelle loi a provoqué des mouvements de colère des chauffeurs de poids lourds. Les barrages filtrants installés ont provoqué des dizaines de kilomètres de bouchons dans tout le pays et jusqu'au Luxembourg. Ce lundi 4 avril, les blocages étaient concentrés dans le sud-est de la Belgique, vers Habay, provoquant de fortes perturbations.

Deux syndicats de routiers, la Febetra (Fédération belge des transporteurs) et TLV (Transport en Logistiek Vlaanderen), ont néanmoins appelé à mettre fin au conflit ce lundi dans un communiqué : «Les transporteurs qui bloquent les routes en Wallonie rendent les choses encore plus difficiles pour leurs collègues qui souhaitent continuer à développer leur entreprise avec succès.»

1000 euros d'amende si un poids lourd n'est pas équipé du boîtier GPS

«La Febetra et TLV sont toujours d’avis que la taxe kilométrique a un lourd impact financier, sans que la congestion ne s’améliore étant donné que les voitures privées ne doivent pas payer par kilomètre», estime tout de même ces deux organisations.

Il faut dire qu'après avoir laissé du temps à la négociation, les chauffeurs routiers belges ont rencontré de nombreuses difficultés. Ils ont notamment fait face à des pénuries d'approvisionnement du boitier GPS nécessaire au paiement de la taxe en passant sous des portiques nouvellement installés sous peine de 1 000 euros d'amendes.

«Le transporteur qui, en bon père de famille, a tout mis en œuvre pour être en ordre, ne peut pas être puni pour des erreurs du système», précise le texte. «Rien n’explique le fonctionnement. Quand il est bloqué, on appelle, personne ne répond», a déclaré Yoann Bécasse, un routier français, rapporte France 3 Nord Pas-de-Calais.

Reste à savoir si les problèmes techniques vont être rapidement résolus, sans quoi, le mouvement de colère des routiers entamé dans la nuit du dimanche au lundi 4 avril risque de se poursuive.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales