L'élection de Juppé à la présidence compromettrait les relations avec le Rwanda, selon Kagamé

Alain Juppé Source: Reuters
Alain Juppé

Le magazine Jeune Afrique révèle que les relations entre la France et le Rwanda pourraient très bien se tendre si le maire de Bordeaux Alain Juppé accédait à la présidence de la République française en 2017.

Cette révélation fait suite à un entretien que le président rwandais Paul Kagamé a accordé à l'hebdomadaire panafricain le 28 mars dernier. L'élection d'Alain Juppé comme président en 2017 «risquerait fort de signifier la fin de toutes relations entre la France et le Rwanda», a indiqué celui qui est au pouvoir depuis près de 22 ans, d'abord en tant que vice-président après le génocide rwandais d'avril 1994, puis à partir de 2000 en tant que président de la République.

Alain Juppé est accusé par le pouvoir rwandais d'avoir participé au génocide de 1994 alors qu'il était ministre des Affaires étrangères du gouvernement d'Edouard Balladur, au moment des faits, sous la présidence de François Mitterand.

Lire aussi : Le parquet demande un non-lieu pour un prêtre rwandais soupçonné de génocide

«Une falsification historique» ?

«Faire procès à la France de porter une part de responsabilité dans le génocide au Rwanda est une honte et une falsification historique», a notamment déclaré le candidat à la primaire à droite en vue de l'élection présidentielle de 2017, dans un message sur son compte Twitter. Selon Jeune Afrique, ces propos auraient suscité de très vives réactions à Kigali.

Alain Juppé réagissait au livre Lapins et Merveilles de la journaliste Gaël Tchakaloff qui l'a suivi pendant 18 mois. L'action du maire de Bordeaux en tant que ministre des Affaires étrangères en 1994 est mis en cause dans l'ouvrage.

Lire aussi : Primaire à droite : Alain Juppé, le candidat de loin le plus préféré d’après un dernier sondage

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales