Le Japon approuve la construction d'un mur de glace pour protéger la centrale de Fukushima

© Kyodo Source: Reuters

Le Japon a donné son feu vert à la construction d'un mur de glace autour de la centrale de Fukushima pour empêcher la contamination des eaux souterraines. Le coût du projet s'élève à 35 milliards de yens (275 millions d'euros).

L'autorité de régulation nucléaire (NRA) a annoncé avoir signalé que les premières étapes du nouveau système seraient mises en branle sous peu. Il s'agira d'ériger un système géant de réfrigération souterraine afin de maintenir une barrière gelée autour de la centrale fragilisée par le Tsunami de 2011.

Lire aussi : Fukushima : les 10 vidéos les plus effrayantes de la tragédie qui a ébranlé le monde

Le système complexe de ce mur de glace se compose d'un réseau de conduites souterraines placées à 30 mètres sous la surface de la centrale et s'étendant sur près d'1,5 kilomètre autour des bâtiments du réacteur et de la turbine. Les tuyaux sont conçus pour transporter le réfrigérant à une température de -30 °C pour refroidir le sol jusqu'à ce qu'il gèle.

Lire aussi : Victime de Fukushima : «Une décontamination n’a pas de sens»

La section côtière du mur sera mise en fonctionnement jeudi, selon l'opérateur Tokyo Electric Power Co. (TEPCO). Le reste des sections du réseau sera activé en plusieurs phases à partir du mois prochain pour permettre d'éventuels ajustements du système.

Lire aussi : Cinq ans après la tragédie, Fukushima reste une zone apocalyptique… même pour les robots

Le projet de TEPCO consiste d'abord à geler l'intégralité du bord de mer, ainsi qu'environ la moitié de la paroi montagneuse pour prévenir toute contamination ultérieure des eaux de l'océan. La société a déjà réussi à geler une petite partie du sol et espère en geler la totalité d'ici quelques mois.

Lire aussi : Un tribunal japonais tire les leçons de Fukushima et ordonne l'arrêt de deux réacteurs nucléaires

Actuellement, environ 800 000 tonnes d'eau radioactive sont stockées dans près de 1 000 réservoirs industriels dans la centrale de Fukushima après que les réacteurs nucléaires ont été endommagés lors du séisme et du tsunami de 2011.

Lire aussi : Fukushima aurait pu être bien pire que Tchernobyl, révèle l’ancien Premier ministre nippon

Le processus de contamination se poursuit, tandis que les réacteurs doivent être refroidis avec de l'eau pour contenir leurs noyaux déjà fondus et empêcher la surchauffe. Jusqu'à présent, l'eau utilisée pour refroidir les réacteurs passe en permanence à travers les fissures, se retrouvant dans les sous-sols des réacteurs et contaminant les eaux souterraines.

Lire aussi : Greenpeace : Fukushima provoque des mutations et endommage l’ADN ad aeternam

Le mur de glace est conçu pour empêcher ce phénomène néfaste, obligeant les eaux souterraines à circuler autour de la paroi de glace, les détournant ainsi loin de l'usine et empêchant la contamination de l'océan.

Lire aussi : Japon : trois ex-cadres de TEPCO inculpés pour la catastrophe de Fukushima

Ce projet du gouvernement, élaboré par Kajima Corp et dont le coût s'élève à 275 millions d'euros, a commencé en juin 2014 et a été achevé avec plus d'un an de retard en raison de problèmes techniques. Aujourd'hui, le Japon place de grands espoirs dans ce mur de glace pour contenir toute fuite radioactive potentielle.  

Lire aussi : Japon : Tepco admet avoir annoncé trop tard l'état de catastrophe nucléaire à Fukushima

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales