Japon : trois ex-cadres de TEPCO inculpés pour la catastrophe de Fukushima

© Koji Sasahara Source: Reuters

Trois anciens cadres de l'exploitant de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, frappée par un tsunami en 2011, sont inculpés pour n'être pas parvenus à prendre des mesures permettant de prévenir la catastrophe, ont rapporté des médias locaux.

Il y a quelques jours, TEPCO a reconnu que son personnel aurait dû faire état de la fusion du réacteur de la centrale de Fukushima presque immédiatement, soulignant que les employés n'étaient pas parvenus à suivre les directives sur l'évaluation des dommages.

Le personnel du producteur japonais d'énergie n’a appris que quelques jours après la catastrophe que 55% des barres de combustible nucléaire du réacteur N°1 et 25% de celles du réacteur N°3 avaient été «endommagées», en se basant sur les niveaux de rayonnement détectés, a indiqué au Japan Times la porte-parole de TEPCO, Yukako Handa.

Cependant, au lieu de rendre la situation publique, TEPCO a refusé d’utiliser le mot «fusion» au cours des deux mois qui ont suivi la catastrophe et a rapidement relevé de ses fonctions son responsable des relations publiques, qui avait déclaré qu'une «fusion du cœur du réacteur» avait pu se produire. 

Enquête en cours

Une enquête a été diligentée par le bureau du procureur du district de Tokyo après que un panel de citoyens a établi en juillet 2014 que trois ex-cadres supérieurs de l’entreprise devraient être inculpés pour la façon dont ils ont géré les conséquences du séismes, les morts et les dégâts qui en ont résulté.

L’année dernière, des procureurs avaient refusé de déposer des accusations contre plus de 30 responsables du gouvernement et de la société TEPCO pour négligence dans le cadre de cette catastrophe nucléaire.

L’entreprise se débat elle-même avec nombre de poursuites lui réclamant des dommages-intérêts très importants en lien avec le drame de Fukushima. Compte tenu des dégâts qu'a subis l'infrastructure de la centrale, la nécessité d'isoler les réacteurs en fusion et de décontaminer les alentours du site, TEPCO, comme le gouvernement japonais, seront occupés pendant quelques décennies.

L'accident nucléaire de Fukushima de 2011 est considéré comme le pire incident environnemental depuis la catastrophe de Tchernobyl, en 1986. Vers le printemps 2015, près de 600 000 tonnes d’eau contaminée étaient toujours contenues dans les réservoirs de TEPCO. Certaines estimations signalent que le nettoyage du site pourrait prendre jusqu’à 40 ans.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales