EN CONTINU : l'UE conclut un accord avec la Turquie sur la crise migratoire

Source: Reuters

Le premier ministre finlandais Juha Sipilä a confirmé que l'Union Européenne s'était mise d'accord avec la Turquie pour réguler l'immigration en Europe. Selon le premier ministre tchèque, l'accord entrera en vigueur dimanche.

  • Le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, a qualifié d'«historique» la journée de vendredi après avoir scellé un accord inédit sur les migrants avec les 28 pays de l'UE.

    «C'est un jour historique parce que nous avons atteint un accord très important entre la Turquie et l'UE», a déclaré M. Davutoglu, lors d'une conférence de presse, après un sommet crucial à Bruxelles.

    «Nous avons réalisé que la Turquie et l'UE ont le même destin, les mêmes défis et le même avenir», a-t-il ajouté.

    Cet accord stipule que tous les migrants arrivant dans les îles grecques seront renvoyés vers la Turquie à compter de dimanche.

    En échange de la coopération accrue de la Turquie, les Européens ont accepté d'accélérer la libéralisation des visas pour les ressortissants turcs, de relancer les négociations d'adhésion en ouvrant un nouveau chapitre (sur les Finances et le Budget).

    Ils ont également accepté, sous conditions, d'accorder une nouvelle aide financière à la Turquie, qui doublerait l'aide de 3 milliards déjà promise pour améliorer le quotidien des 2,7 millions de Syriens réfugiés en Turquie.

    Les Européens s'engagent aussi, pour chaque Syrien renvoyé en Turquie, à «réinstaller» dans l'UE un autre Syrien depuis la Turquie. Ce dispositif serait dans un premier temps plafonné à 72.000 places offertes en Europe.

  • Donald Tusk : «Nous voulons rester le continent le plus ouvert et tolérant au monde, ce n’est pas une coïncidence si l’Europe est la première destination des migrants»

  • Ahmet Davutoglu : «Tous ces évènements ont montré qu'il n'y a pas de Turquie sans Union Européenne, et pas d'Union Européenne sans Turquie». 

  • Ahmet Davutoglu : «On entend certains rapports affirmer que l'aide de la Turquie pour résoudre la crise migratoire serait une question d'argent, ce n'est pas vrai ! (...) L'accord conclut aujourd'hui traduit une vision commune avec l'UE». 

  • Ahmet Davutoglu : «Nous avons relancé le processus d'intégration de la Turquie dans l'Union Européenne. Concernant la libéralisation des visas, nous avons déjà rempli 37 conditions sur 72, nous espérons avoir complété le reste d'ici mai».  

  • Premier ministre turc : « Ce jour est historique» a déclaré le premier ministre turc à la conférence de presse de Bruxelle sur l'accord entre l'UE et la Turquie pour résoudre la crise migratoire. 

    «Nous pensons que le poids du fardeau doit-etre partagé» a-t-il ajouté. 

    © Ahmet Davutoglu, premier ministre turc. Source: Reuters

«L'accord avec la Turquie a été approuvé», a tweeté Monsieur Sipilä. Les 28 pays membres de l'Union européenne ont en effet conclu ce jour un accord crucial avec la Turquie sur l'aide qu'apportera ce pays pour endiguer le flux de migrants arrivant sur les côtes grecques.

Au terme du texte agréé, la mise en oeuvre du renvoi de tous les migrants vers la Turquie commencera le 20 mars, a précisé Bohuslav Sobotka, premier ministre tchèque. «Tous les migrants arrivant après cette date seront renvoyés, bien sûr après un traitement individuel de leur cas» précise-t-il.

Selon une source officielle turque, l'expulsion des migrants prendra néanmoins effet le 4 avril. 

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, avait recommandé vendredi à la mi-journée aux 28 pays de l'UE d'approuver sans changements un nouveau projet d'accord avec la Turquie pour tenter de tarir les flux de migrants arrivant sur les côtes grecques, a appris l'AFP de source européenne.

«Monsieur Tusk a présenté aux dirigeants des  28 une proposition (d'accord) révisée qu'il leur a recommandé d'approuver sans changements», a déclaré cette source devant des journalistes, au deuxième jour d'un sommet européen à Bruxelles consacré en grande partie à la crise migratoire.

Cette présentation est intervenue alors que Donald Tusk retrouvait les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE après une matinée entière de négociations avec le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, sur les différentes lignes rouges posées par les Etats membres à un premier projet d'accord.

La proposition révisée a tenu compte de ce qui a été dit hier (jeudi) soir lors d'une première séance de travail à 28 sans la Turquie, a ajouté la source diplomatique européenne.

Donald Tusk pense que ce qu'il a négocié (avec Monsieur Davutoglu) correspond au mandat que les 28 lui ont donné, et qu'en même temps cette proposition est acceptable par la partie turque, a-t-elle encore souligné.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales