Au Brésil, la population proteste contre l'immunité de Lula, nommé Secrétaire général

© Adriano Machado Source: Reuters

Des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes brésiliennes mercredi après que la présidente Dilma Rousseff a nommé son prédécesseur Lula, accusé de corruption, Secrétaire général. Pour l'opposition il s'agit de lui faire éviter toute poursuite.

A Brasilia, la capitale, la police anti-émeute a tiré des gaz lacrymogènes sur une foule d'environ 5 000 manifestants rassemblés devant le palais présidentiel et le bâtiment du Congrès. Ils brandissaient des banderoles appelant à la démission de Dilma Roussef et à l'arrestation de son prédécesseur Luiz Inacio Lula da Silva.

Lire aussi : Incendies et arrestations lors de manifestations au Brésil

Des milliers d'autres manifestants ont envahi l'avenue principale Paulista à Sao Paulo, le centre financier du Brésil et point central des manifestations nationales de dimanche dernier qui avait rassemblée plus d'un million de personnes dans les rues, tous appelant au départ de Dilma Roussef. 

Lire aussi : Brésil : la manifestation pro-présidente attire une foule à São Paulo

Avec une économie brésilienne embourbée dans sa pire période de récession depuis des décennies, la colère populaire est de plus en plus véhémente contre la chef d'Etat accusée d'avoir reçu des pots-de-vin et des commissions de la part de la société pétrolière d'Etat Petrobras.

Lire aussi : Les Brésiliens dans la rue pour exiger le départ de la présidente Dilma Rousseff (VIDEO)

«Je suis ici pour l'avenir de mes enfants, petits-enfants et arrière petits-enfants», a déclaré Vera Carneiro, 75 ans, citée par Reuters et arborant un drapeau brésilien. «Dilma doit partir. Elle comme Lula. Il y en a assez», a-t-elle expliqué. 

La nomination par Dilma Roussef de Lula, qui a été accusé la semaine dernière de blanchiment d'argent et de fraude, a été vivement critiquée par les partis d'opposition qui dénoncent une tentative désespérée de rallier le soutien du Congrès contre une procédure de destitution qui doit débuter jeudi.

Lire aussi : Brésil : plus d’un million de manifestants exigent la destitution de la présidente (VIDEO)

Lula, ancien dirigeant syndical de 70 ans et dont le gouvernement, au pouvoir entre 2003 et 2010, a permis à près de 40 millions de Brésiliens de sortir de la pauvreté, reste l'un des hommes politiques les plus influents du Brésil.

Toutefois, l'enquête sur sa corrupton présumée a affaibli sa domination du Congrès et de nombreux signes semblent indiquer que le principal partenaire de la présidente Dilma Rousseff se prépare à quitter le gouvernement. 

«Le Brésil ne peut plus continuer avec eux», a déclaré à Reuters Rubens Bueno, l'un des nombreux députés de l'opposition qui ont interrompu une session parlementaire avec des chants appelant à la démission de Roussef. «Ils utilisent leurs positions pour rester au pouvoir à tout prix», a-t-il ajouté.

La publication précipitée de la nomination de Lula en tant que Secrétaire général du gouvernement de Dilma Roussef, parue dans une édition spéciale du Journal officiel mercredi, donne à Lula une immunité quasi totale et retarde toute tentative de le poursuivre en justice.  

Le juge fédéral en charge de l'enquête a déclaré mercredi devant le tribunal que des conversations téléphoniques enregistrées ont montré que Lula et Rousseff auraient tenté  d'influencer les procureurs et les tribunaux en faveur de l'ancien président.

Le juge a admis, cependant, qu'il n'y avait aucune preuve effective. Dans un enregistrement, rendu public par le tribunal, Dilma Rousseff propose d'envoyer à Lula une copie de sa nomination «au cas où cela serait nécessaire». Cette conversation pourrait être une preuve que la présidente veut fournir l'immunité à Lula. 

Face à une réaction du gouvernement contre la fuite des enregistrements, le juge Sergio Moro - dont les méthodes intransigeantes ont été critiquées à plusieurs reprises par les autorités - a expliqué que ces enregistrements avaient permis de faire la lumière sur les activités des dirigeants brésiliens.  

«Une société libre et démocratique exige que le peuple soit au courat de ce que font les dirigeants, même lorsqu'ils tentent d'agir dans l'ombre» a-t-il déclaré. 
Le gouvernement promet d'agir. 

L'avocat de Lula, Cristiano Zanin Martins, a déclaré que la décision de laisser fuiter des écoutes téléphoniques par le tribunal était un procédé arbitraire visant à provoquer des manifestations.
Le palais présidentiel a déclaré qu'il prendrait des mesures contre le juge et que la prestation de serment de Lula se déroulerait bien jeudi matin.

Dilma Rousseff a déclaré que Lula avait été choisi comme Secrétaire général pour son expérience et son image de champion en matière de politiques économiques à succès, qui ont permis de lutter contre l'inflation. Elle a ajouté que la nomination de l'ex-président ne signifiait pas que ce dernier était au-dessus des lois et qu'il pourrait être jugé par la Cour suprême. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales