A Bruxelles, Hollande courtise le Royaume-Uni et les Etats-Unis, tout en dénigrant la Russie

François Hollande à Bruxelles© Yves Herman
François Hollande à Bruxelles

Lors de négociations cruciales à Bruxelles, le président de la République a réaffirmé sa volonté de voir le Royaume-Uni rester dans l'UE, tout en évoquant des sujets clefs tels que le Brexit, le conflit syrien ou encore la crise des réfugiés.

A la recherche d'un compromis sur le Brexit

«Je fais ce qu'il faut pour que nous puissions garder le Royaume-Uni dans l'Europe, mais à condition que l'Europe puisse avancer», a déclaré le chef de l'Etat français, interrogé depuis Bruxelles sur les ondes France Inter, où les négociations entre Londres et les 27 autres Etats membres de l'Union européenne pour modifier les termes de l'adhésion du Royaume-Uni à l'UE se poursuivent.

«Un compromis sera trouvé, je l'espère [...]. Mais je ne vais pas laisser un pays ami, la Grande-Bretagne, dans la situation où il pourrait satisfaire son opinion publique, elle-même traversée, divisée, au risque de ne pas faire avancer l'Europe justement pour régler les problèmes qui sont les nôtres : la croissance, l'emploi, l'agriculture, les réfugiés, la cohésion, la politique extérieure...», a ajouté François Hollande.

«Ce qui manque à l'Europe, c'est un projet», a encore soutenu le président de la République.

Le Premier ministre britannique David Cameron espère arracher un accord qui lui permettra d'organiser dès le mois de juin un référendum à haut risque sur le maintien de son pays au sein de l'Union européenne.

A ce propos, François Hollande a déclaré que si les Britanniques voulaient sortir, il le regretterait pour l'Europe, pour la Grande-Bretagne, pour la France, mais qu'il en prendrait acte, ajoutant : «Que la Grande-Bretagne reste ou non, l'Europe devra prendre des décisions au lendemain du référendum».

Même si les électeurs britanniques restent encore très partagés, la perspective d'un «Brexit» – une sortie du Royaume-Uni de l'UE – fait trembler l'Union européenne, déjà ébranlée par une crise migratoire sans précédent depuis 1945.

Davantage d'actions américaines au détriment de la Russie

Evoquant le conflit syrien, le président a appelé à exercer une «pression» sur Moscou pour des négociations, ajoutant que «la Russie ne s'en sortira pas en soutenant unilatéralement Bachar el-Assad».

«Je ne veux pas écarter la Russie de la solution. Je suis allé moi-même à Moscou pour dire à Vladimir Poutine : "Nous devons être tous ensemble pour faire cette transition politique" [...] Mais je ne peux pas accepter qu'en même temps qu'on négocie, on bombarde des populations civiles», a-t-il ajouté.

Depuis le mois de septembre dernier, l'aviation russe bombarde activement les positions de l'Etat islamique en Syrie avec succès. A tel point qu'en France, la chaîne France2 a eu recours à des images de frappes russes pour illustrer la précision des frappes de la coalition internationale sous commandement américain.

François Hollande a par ailleurs déclaré souhaiter que les Etats-Unis soient «encore davantage actifs» en Syrie.

«Les Américains considèrent qu'ils n'ont plus à être partout présents dans le monde comme ils l'étaient auparavant [...] Donc les Etats-Unis se sont mis en retrait. Bien sûr que je préférerais que les Etats-Unis soient encore davantage actifs», a-t-il jugé.

«Qui doit prendre le relais, qui doit agir, qui doit être présent, qui doit porter les valeurs et les idéaux de la démocratie ? L'Europe. Et la France, en tout cas, en fera la démonstration», a garanti François Hollande.

La question du flux migratoire : entre une Allemagne qui suffoque et la restauration des frontières

S'agissant de l'afflux de migrants vers l'Europe, notamment outre-Rhin, François Hollande a indiqué qu'il n'était pas souhaitable qu'il y ait autant de personnes qui viennent dans le même pays, ajoutant néanmoins que l'Allemagne avait déclaré en avoir les capacités.

Assurant vouloir «soutenir l'Allemagne», le président a dit qu'«il faut absolument qu'on arrête ce mouvement [migratoire] [...] Parce que l'Allemagne ne pourra pas accueillir encore des dizaines de milliers de réfugiés. Ce n'est pas possible».

«Nous devons tout faire avec l'Allemagne, avec l'Europe pour qu'il y ait un mécanisme de protection des frontières extérieures, de soutien aux réfugiés là où ils sont aujourd'hui installés, c'est-à-dire en Turquie, en Jordanie et au Liban», a poursuivi le locataire de l'Elysée.

«Je ne veux pas que l'Allemagne un jour nous dise : "A ce moment-là, je rétablis ma frontière intérieure". Il faut tarir ce flux», a-t-il encore affirmé.

En 2015, plus d'un million de réfugiés, pour la plupart Syriens et Afghans, sont arrivés en Allemagne, en raison de la politique dite de la «porte ouverte» instaurée par Angela Merkel et très critiquée par l'opinion publique et les milieux politiques, y compris au sein de son propre camp chrétien-démocrate.

Lire aussi : Pour 40% des Allemands, Merkel a échoué dans sa politique migratoire et doit partir

Il convient de rappeler par ailleurs, que ce flux ininterrompu de réfugiés transite quasi-intégralement par la Grèce, où les migrants débarquent chaque jour par centaines. La semaine dernière, l'UE a donné un ultimatum de trois mois au gouvernement héllenique pour qu'il s'attaque aux «sérieuses défaillances» dans la gestion du flux de migrants qui transite par sa frontière maritime avec la Turquie, une situation qui selon l'UE met en péril l'espace Schengen.

A ce propos, François Hollande a souhaité soutenir la Grèce en appelant «à ne pas renvoyer sur un pays [la Grèce], la responsabilité qui est la nôtre», estimant que «la fin de Schengen serait la fin de l'Europe».

«Si les frontières intérieures ferment, si Schengen n'est plus appliqué, ces réfugiés vont rester en Grèce, un pays qui a déjà des difficultés économiques considérables, qui va en faire quoi ?», s'est encore demandé le président français.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales