La police danoise confisque les portables des demandeurs d’asile

Darrin Zammit Lupi Source: Reuters
Darrin Zammit Lupi

Selon les informations relayées par le quotidien danois Politiken, les forces de l’ordre danoises ont retiré les téléphones portables à plus de 50 migrants mineurs non-accompagnés ces derniers mois pour s’assurer de leur identité.

Cette mesure a été appliquée pour vérifier l’identité et le pays d’origine des demandeurs d’asile, a confirmé le porte-parole de la police nationale danoise Richard Østerlund la Cour.

«Si vous dites que vous venez de Syrie mais n’avez rien pour le prouver, les téléphones portables sont le meilleur moyen de s’assurer que vous dites la vérité ou bien que tous vos appels viennent du Ghana», a indiqué le responsable, cité par Politiken.

Il a ajouté qu’une fois leur identité confirmée, les portables sont rendus aux mineurs. Cependant, on trouve parfois des mineurs sans portable, qui ne sont pas en mesure d’entrer en contact avec leurs proches.

Après la diffusion du rapport du quotidien mercredi matin, certains responsables politiques ont appelé la police à accélérer le processus. La Cour a plus tard confié dans une interview à l'entreprise de radio-télévision publique DR que la police retirait parfois aussi les portables des demandeurs d’asile adultes, entrainant ainsi du retard dans le retour des mobiles à leur propriétaire.

«Tout le monde est conscient de la situation vécue au deuxième semestre 2015 quand nous savons reçu plus de demandeurs d’asile que jamais auparavant, mettant à rude épreuve tant nos ressources que nos capacités», a-t-elle conclu.

Plus de 2 000 mineurs non accompagnés ont déposé une demande d’asile au Danemark l’année dernière, par rapport à un moyenne historique annuelle de 250 sollicitations.

Les portables rendus en retard

Selon le rapport de Politiken, plusieurs des mineurs ont été sans portable pour une durée allant jusqu’à un mois. Dans un cas, le téléphone d’un demandeur d’asile mineur a été retenu pendant six mois, mais la police y avait trouvé une preuve pour remonter une filière de trafiquants d’êtres humains.

Save the Children Denmark a critiqué de son côté la police pour avoir retenu les portables des mineurs pour aussi longtemps. «On sait les jeunes déjà très vulnérables, encore plus quand on leur prend leurs téléphones», a expliqué la haute consultante de l’organisation Gitte Jakobsen.

«Ils perdent leurs photos, e-mails, numéros de leur famille et amis, et se retrouvent soudainement laissés dans la solitude», a-t-elle conclu.

Lire aussi : Faillite d’intégration ? Le Danemark souhaite loger les réfugiés des villes dans des camps dédiés

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales