L'expression «camps de la mort polonais» pourra être corrigée, une application y veille

- Avec AFP

Vue générale du camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau
© Pawel Ulatowski Source: Reuters
Vue générale du camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau

Le musée de l'ancien camp nazi Auschwitz-Birkenau a annoncé mardi le lancement d'un correcteur de textes permettant d'éviter l'expression «camps polonais» utilisée par des médias étrangers à propos des camps de concentrations en Pologne occupée.

L'application «Remember», gérée par le site du musée, recherche dans un texte écrit des expressions «camps de la mort polonais» ou «camps de concentration polonais» et propose une formulation «historiquement exacte». 

Selon un communiqué du musée, ce correcteur est compatible avec les éditeurs de texte et systèmes informatiques les plus répandus, dans 16 versions linguistiques, et cet éventail de langues doit être prochainement élargi.

Cette initiative intervient au lendemain de l'annonce par le gouvernement conservateur polonais de l'introduction d'une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison pour l'utilisation de cette expression, qui irrite fortement Varsovie, ses autorités demandant systématiquement qu'elle soit rectifiée.

Selon un projet du ministère de la Justice, la peine de cinq ans de prison ferme serait encourue pour «une attribution publique, au mépris des faits, à la République de Pologne ou à la nation polonaise du fait d'avoir été coresponsable» des crimes du IIIe Reich.

La Pologne se propose aussi de pouvoir réclamer devant la justice, via des ONG interposées se constituant partie civile, «d'importantes sommes en dommages et intérêts».

Environ 1 100 000 personnes, dont un million de juifs, ont été tuées par les nazis dans le camp d'Auschwitz-Birkenau entre 1940 et 1945. Les autres victimes y furent surtout des Polonais non juifs, des Roms et des prisonniers de guerre soviétiques.

Lire aussi : A 93 ans, un ancien garde d’Auschwitz face à la justice allemande

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales