L’aviation turque a violé l’espace aérien grec 22 fois en 24 heures

Un F-16 turc Source: Reuters
Un F-16 turc

Les violations de l’espace aérien grec par les avions turcs continuent. C’est plus de 20 fois que les avions turcs sont entrés dans cet espace, a rapporté l’état-major grec. Deux «combats aériens virtuels» auraient même eu lieu.

Dans tous les cas, les avions de chasse grecs ont intercepté les aéronefs turcs, dont deux étaient armés. Ces incidents se sont déroulés au-dessus des Iles Egéennes.

En outre, les médias grecs ont publié des informations quant à une nouvelle crise entre la Turquie et la Grèce, crise liée à la visite du Premier ministre grec Alexis Tsipras en Iran, la semaine dernière, et durant laquelle son avion a été forcé de changer de cap à cause de décisions turques.

Tsipras, qui utilise souvent des avions militaires, devait se poser pour ravitaillement à Rhodes, considérée par Ankara comme une zone démilitarisée.  Par conséquent, la Turquie n’a pas donné l’autorisation à l’avion de Tsipras de décoller de Rhodes pour ensuite traverser la Turquie.

Ce n’est pas la première fois que des avions turcs pénètrent dans l’espace aérien grec, provoquant des tensions entre les deux pays. Selon les données de l’Université de Thessalie, pour la seule année 2014, le ministère grec de la Défense a enregistré 2 244 violations de cet ordre de la part des avions et des hélicoptères turcs.

En 2015, les forces aériennes turques ont violé les frontières grecques pas moins de 1 300 fois, dont au moins 31 fois au-dessus des îles grecques. Suite à la chute du Su-24 russe, abattu par la Turquie, la réaction grecque a été très vive, plusieurs manifestations antiturques ayant été enregistrées.

Ces tensions ont lieu alors que l’Otan envisage de déployer des patrouilles navales dans les eaux de la mer Egée afin de contrôler l’afflux de migrants et le trafic de réfugiés qui ne cessent d’augmenter.

En savoir plus : Vifs échanges entre Alexis Tsipras et le Premier ministre turc sur Twitter

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales