La Turquie aurait cessé de violer l’espace aérien grec depuis qu’elle a abattu le SU-24 russe

La Turquie aurait cessé de violer l’espace aérien grec depuis qu’elle a abattu le SU-24 russe © Umit Bektas Source: Reuters
Un chasseur turc F-16

Les avions de combat turcs ont cessé de survoler le territoire de la Grèce depuis l’incident du 24 novembre durant lequel un bombardier russe SU-24 a été abattu. Auparavant, les avions turcs violaient l’espace aérien grec de façon quotidienne.

La dernière fois que des avions de combat turcs ont été repérés dans l’espace aérien grec, c’était le 25 novembre lorsque six avions, dont deux portaient des missiles, sont entrés dans la zone aérienne voisine. Ces informations proviennent d’une source diplomatique d’Athènes rapportée par l’agence de presse RIA Novosti.

Les intrusions d’avions turcs dans son espace aérien sont un casse-tête permanent pour Athènes. La Turquie et la Grèce, pourtant adversaires depuis des décennies, sont partenaires au sein de l’OTAN. Les deux nations ont été en guerre l’une avec l’autre et conservent des différends territoriaux, encore de nos jours.

En 2014, les forces aériennes turques ont violé l’espace aérien grec 2 244 fois. Entre janvier et octobre dernier, l’espace aérien grec a été violé par des avions de combat turcs 1 233 fois, selon les forces aériennes grecques. En novembre, avant que le bombardier russe ne soit abattu, 50 violations de l’espace aérien avaient été enregistrés.

Des avions turcs s’infiltrent régulièrement dans l’espace aérien grec au-dessus des îles disputés de la mer Egée, ce qui force la Grèce à envoyer ses chasseurs pour les intercepter.

Athènes a soulevé cette question à plusieurs reprises lors de différentes réunions de l’OTAN. Le représentant grec auprès de l’Alliance a rapporté l’existence de violations turques de leur espace aérien le 24 novembre pour la dernière fois. La réaction des Etats membres de l’OTAN a été comme à l’habitude de rester neutre, et Ankara continuait de mettre la patience d’Athènes à l’épreuve.

Mais depuis le 24 novembre, jour où un chasseur turc F-16 a abattu un bombardier russe SU-24, les forces aériennes turques n’ont violé l’espace aérien grec à aucune reprise.

En savoir plus : «La Turquie mène une politique extrêmement dangereuse aujourd’hui», selon le député Nicolas Dhuicq

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»