L'ONU presse la Suède et le Royaume-Uni de donner l'exemple en libérant Assange

Julian Assange depuis le balcon de l'ambassade de l'Equateur le 5 février dernier Source: Reuters
Julian Assange depuis le balcon de l'ambassade de l'Equateur le 5 février dernier

L'expert de l'ONU sur les droits humains, Alfred Zayas, a incité le Royaume-Uni et la Suède à accepter le verdict du groupe de travail des Nations unies sur la détention de Julian Assange qualifiée d'arbitraire.

«Les conclusions du Groupe de travail sur la détention arbitraire doivent être acceptées et leurs recommandations mises en place avec bonne volonté. Spécialement, les Etats qui revendiquent être à l'avant-garde sur les droits de l'Homme devraient donner un bon exemple, même s'ils ne sont pas d'accord avec les conclusions des experts des Nations unies», a-t-il déclaré.

Qualifiant les lanceurs d'alertes de «défenseurs clés des droits de l'Homme», Alfred Zayas a indiqué que l'ordre international dépendait de la cohérence et de l'application uniforme des lois internationales. «Une approche des droits humains à la carte érode la crédibilité du système dans son ensemble», a-t-il précisé.

Lire aussi : Le parquet suédois prépare une nouvelle demande de comparution de Julian Assange

Des «compensations» à payer envisagées

Le Groupe de travail de l'ONU a estimé le 5 février dernier que la détention de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, était contraire aux engagements internationaux sur les droits civils et politiques. Il a appelé le Royaume-Uni et la Suède à assurer sa sécurité et son intégrité physique et à faciliter son droit à la liberté de mouvement ainsi qu'à lui «payer des compensations».

Lire aussi : «Les Etats-Unis traitent les Britanniques et les Suédois comme des Etats vassaux»

Cet appel de l'expert de l'ONU sur les droits de l'Homme intervient alors que le 9 février dernier le parquet suédois a indiqué préparer une autre requête pour interroger Julian Assange malgré la décision de l'ONU. «Il s'est barricadé lui-même dans l'ambassade de l'Equateur, en prétendant être détenu. Une seule personne le détient, c'est lui-même», avait commenté le Premier ministre David Cameron. Il avait également proposé au fameux lanceur d'alerte de sortir de l'ambassade et de «se rendre à la justice intègre de la Suède pour mettre fin à cette lamentable saga».

Le fondateur du site lanceur d'alertes est réfugié dans l’ambassade d'Equateur, à Londres depuis 2012 lorsqu'il a adressé une demande d’asile politique à Quito. Julian Assange a été détenu à Londres en décembre 2010 à la demande des forces de l’ordre suédoises qui demandaient son extradition afin qu'il réponde d'accusations de viol portées contre lui. Il a peur, notamment, d'être extradé par le gouvernement suédois vers les Etats-Unis où il est poursuivi pour des infractions qui pourraient lui valoir de très nombreuses années de prison.

Lire aussi : Julian Assange, ce lanceur d'alerte qui a changé le monde

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales