Julian Assange, ce lanceur d'alerte qui a changé le monde

Julian Assange, ce lanceur d'alerte qui a changé le monde
Julian Assange
Suivez RT France surTelegram

Le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a rendu publique, ce vendredi, sa décision sur la situation de Julian Assange, retranché depuis plus de trois ans dans l’ambassade d’Equateur à Londres.

Il semble que ses souffrances touchent à leur fin : vendredi, l'ONU a jugé qu'il avait été détenu arbitrairement par les gouvernements de Suède et du Royaume-Uni et a demandé à ce qu'il soit indemnisé.

Le parquet suédois a pour sa part annoncé que l'avis du groupe de travail de l'ONU serait sans conséquence sur l'enquête pour viol en cours en Suède. Cet avis «n'a aucune incidence formelle sur l'enquête préliminaire en cours dans le cadre de la loi suédoise», a indiqué le parquet dans un communiqué.

Julian Assange, ce lanceur d'alerte qui a changé le monde

En savoir plus : l’ONU prendra position sur la libération de Julian Assange d’ici vendredi

Julian Assange avait déjà déclaré avec fracas qu’il laisserait la police britannique l’interpeller si le groupe de travail de l'ONU rendait une décision qui lui était défavorable.

Trois ans en réclusion

Le fondateur du site WikiLeaks qui diffuse pour le grand public des documents officiels à caractère confidentiel, vit réfugié dans l’ambassade d’Equateur à Londres depuis juin 2012, après que Quito lui ait octroyé le droit d’asile. Un moyen d’éviter de répondre d’accusations de viol devant la justice suédoise, qu'il a pourtant toujours refutés.

Même si trois des quatre chefs d'accusation ont été abandonnés, le délai de prescription ayant expiré, le parquet suédois cherche toujours à l'interroger.

Julian Assange redoute que Stockholm ne profite de sa présence sur le territoire suédois pour l’extrader aux Etats-Unis où il pourrait écoper d’une peine de prison à perpétuité à cause de la publication de documents classifiés par WikiLeaks.

Malgré ses problèmes de santé (une lésion à l'épaule droite, une forte douleur au cœur et aux poumons), le gouvernement britannique ne lui garantit pas non plus l’immunité s’il quitte son asile pour se rendre chez un médecin.

L'état de santé de Julian Assange s'est visiblement détérioré depuis 2012

Dans les faits, le bâtiment de l’ambassade où il a séjourné est sous surveillance constante de la police métropolitaine de la capitale britannique. WikiLeaks, qui a créé un site internet pour dénoncer le gaspillage gouvernemental, govwaste.co.uk, fait le compte en temps réel et à l'heure actuelle : ces coûts de surveillance dépassent 12,5 millions de livres, soit plus de 16,9 millions d'euros.

En savoir plus : Londres refuse que Julian Assange sorte de l'ambassade d'Equateur pour se soigner

Ce qu'Assange a fait pendant son séjour à l'ambassade d'Equateur

Le site WikiLeaks, fondé en 2006, publie régulièrement des informations qui mettent en lumière certains abus des autorités américaines, notamment le comportement de certains soldats américains en Irak et en Afghanistan, des parties de l’accord de libre-échange Trans pacifique (TPP), des documents que le directeur de la CIA conservait sur son compte privé de messagerie électronique ou encore des câbles diplomatiques concernant de nombreux pays différents.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix