La Suède va expulser 80 000 réfugiés qui n'ont pas obtenu l'asile, sur fond d'agressions répétées

© Michaela Rehle Source: Reuters

Alors que les pays scandinaves connaissent une hausse des agressions perpétrées par des réfugiés, le ministre de l'Intérieur suédois a annoncé un plan prévoyant que 80 000 migrants refusés à l'asile seront reconduits dans leur pays d'origine.

Selon Ander Ygeman, cité par les médias suédois, le nombre de personnes qui seraient expulsées s'échelonne entre 60 et 80 000. En 2015, environ 163 000 migrants ont demandé l'asile en Suède, ce qui en fait le pays où ce nombre est le plus élevé en Europe par habitant.

Par ailleurs, sur 58 800 cas traités l'an dernier, 55% ont reçu une réponse positive à l'asile. 

Plus tard, le ministre de l'Intéreur suédois a déclaré dans un tweet qu'il n'avait pas pris position sur les motifs des réfugiés pour obtenir l'asile, ajoutant que c'était le rôle des autorités et des tribunaux. 

La Suède a récemment introduit des contrôles temporaires aux frontières dans le but de mieux gérer l'afflux de réfugiés. Avec l'Allemagne, la Suède est le pays le plus convoité par les migrants qui entrent illégalement dans l'UE.

Peur et violences gagnent les pays scandinaves sur fond d'absurdités administratives 

Plus tôt cette semaine, la Suède a été confrontée aux tensions et violences entraînées par l'arrivée massive de migrants. A Mölndal, près de Göteborg, un adolescent réfugié de 15 ans a été arrêté pour avoir poignardé à mort un employé du centre d'accueil où il résidait.

Selon les fonctionnaires de l'immigration, près de 35 400 mineurs non accompagnés ont demandé l'asile en Suède en 2015, soit cinq fois plus qu'en 2014.

En Norvège, dans la ville de Barum, la municipalité a fait déployer des agents de sécurité à proximité de l'école après que les parents des élèves ont appris inquiets, l'ouverture d'un centre pour réfugiés.

Lire aussi : Des drapeaux de Daesh et des photos des têtes coupées retrouvés sur des réfugiés en Norvège

Pendant ce temps, au Danemark, une adolescente a été poursuivie en justice après avoir utilisé une bombe lacrymogène pour se défendre d'un réfugié qui voulait l'agresser sexuellement à proximité d'un centre réservé aux demandeurs d'asile.

La jeune fille agée de 17 ans a dit à la police qu'un homme parlant anglais l'avait assaillie en tentant de la jeter à terre et la déshabiller. Elle a réussi à l'en empêcher grâce à sa bombonne de gaz lacrymogène. Sauf que sa possession est illégale au Danemark, ce qui a entraîné l'arrestation de la jeune fille. Le violeur, lui, a pu s'échapper.

Lire aussi : Pour Geert Wilders, les réfugiés musulmans de sexe masculin doivent être internés

En ligne, de nombreux internautes ont violemment critiqué le gouvernement danois, s'offusquant que ce soit la femme qui tentait de se protéger qui ai été arrêtée et non son violeur, ce qui relève de l'absurde.

Lire aussi : Le guide des bonnes manières pour les réfugiés allemands inspire des parodies sur Twitter

La blogueuse danoise Jaleh Tavakoli affirme même que les femmes n'osent plus signaler leurs agressions aux autorités, de peur de se faire arrêter pour avoir simplement voulu se défendre. 

Au Danemark voisin, le gouvernement a approuvé récemment une loi pour saisir les objets de valeur des réfugiés afin de limiter l'afflux de migrants.

Une partie de l'opinion publique danoise a comparé ces mesures à la confiscation de l'or et autres objets de valeur appartenant aux juifs par les nazis durant l'Holocauste.

Lire aussi : La tragédie de l’Europe : trop d’Angela Merkel, très peu de masculinité

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales