Matches de tennis truqués à grande échelle : Novak Djokovic approché en 2007

A Melbourne, pendant l'Open d'Autralie, ce 18 janvier Source: Reuters
A Melbourne, pendant l'Open d'Autralie, ce 18 janvier

Près de 16 joueurs du top 50 auraient été impliqués au cours des 10 dernières années dans des matches de tennis truqués en liens avec des paris frauduleux. Novak Djokovic, le numéro mondial, a déclaré avoir déjà été approché en 2007.

«Lors de la décennie écoulée, 16 joueurs du Top 50 mondial ont été signalés au comité d'éthique du tennis à propos de soupçons de matches truqués. Tous ces joueurs, parmi lesquels des vainqueurs de Grand Chelem, ont été autorisés à poursuivre leur carrière», rapporte la BBC.

Ces révélations sont liées à une enquête de 2007 menée par l'ATP, l'instance dirigeante du circuit professionnel de tennis. La BBC et Buzzfeed ont indiqué avoir eu accès à des archives secrètes sur cette investigation. Elle montre que des groupes de parieurs en Italie et en Russie ont misé des centaines de milliers de dollars sur des matches truqués, dont trois lors du tournoi de Wimbledon. «Le rapport confidentiel des enquêteurs destiné au comité d'éthique, qui date de 2008, recommandait que des investigations soient menées sur 28 joueurs, mais cela n'a jamais été suivi d'effet», selon les médias britanniques.

«Ça m’est déjà arrivé»

Novak Djokovic qui dispute actuellement l'Open d'Australie à Melbourne a affirmé avoir déjà été approché en 2007 «par l’intermédiaire de gens qui travaillaient avec (lui) à l’époque». «Evidemment, nous avons immédiatement dit non. La personne qui essayait de me contacter n’est même pas arrivée jusqu’à moi », a-t-il précisé. Une somme de 200 000 dollars lui aurait été proposé. Cette tentative était destinée à lui faire perdre un de ses matchs lors du tournoi de Saint-Pétersbourg qu'il n'avais finalement pas disputé. «Les gens essaient de deviner de qui il s’agit. Mais il n’y a pas de preuve concernant des joueurs en activité», a poursuivi le numéro un mondial, évoquant des «spéculations».

«Je ne pense pas que cela jette une ombre sur notre sport. Il n’y a évidemment pas de place pour le trucage ou la corruption dans notre sport», a-t-il ajouté. L'ex-capitaine de Coupe Davis et ancien joueur français Arnaud Clément avait également déclaré en 2007 avoir été confronté au phénomène : «Ça m’est déjà arrivé, je ne dirai pas où, ni la somme que l’on m’a proposée, mais on m’a déjà demandé de perdre un match». «Qui ? Quoi ? C’est jeté comme ça. C’est facile de faire ça. J’aimerais entendre des noms. Au moins ce serait concret et on pourrait en débattre. Cela n’a aucun sens de donner une réponse qui serait pure spéculation», a réagi Roger Federer. «Je n’en avais même jamais entendu parlé jusqu’à ce qu’un joueur aborde le sujet lors d’une réunion. Je ne savais pas que ça existait», a-t-il conclu.

«Un groupe d'environ dix joueurs était le plus souvent mis en cause»

Le 18 janvier, le président de l'ATP, Chris Kermode, a contredit ces allégations : «Notre approche, c'est la tolérance zéro envers toute forme de corruption. Nous ne sommes pas complaisants, nous sommes vigilants», a-t-il déclaré en conférence de presse.

«Un groupe d'environ dix joueurs était le plus souvent mis en cause et se trouvait à la racine du problème. Les preuves étaient fortes, il y avait une bonne chance de tuer (la corruption) dans l’œuf, de créer une forte dissuasion et d'éliminer les éléments corrupteurs», selon Mark Phillips, l'un des enquêteurs. Près de huit des joueurs qui ont déjà été signalés sont inscrits à l'Open d'Australie qui a commencé le 18 janvier à Melbourne.

Le site web d'info-divertissement BuzzFeed a raconté comment les représentants des groupes de parieurs clandestins contactaient les joueurs dans leurs chambres d'hôtel lors de grands tournois et leur promettaient une récompense de 50 000 dollars ou plus pour truquer leur match.

A propos de l'enquête de 2007, il a affirmé que les investigations sur un match douteux entre le Russe Nikolay Davydenko et l'Argentin Martin Vassallo Arguello n'avaient pas permis de trouver des preuves suffisantes.  

Lire aussi : La juge refuse la confrontation Benzema - Valbuena : l'Euro s'écarte pour l'attaquant du Real

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales