Séisme : Damas ouvre deux points de passage transfrontaliers pour acheminer l'aide humanitaire

- Avec AFP

Séisme : Damas ouvre deux points de passage transfrontaliers pour acheminer l'aide humanitaire© SANA / AFP
Le président syrien Bachar el-Assad en compagnie de Martin Griffiths, secrétaire général adjoint des Nations unies aux affaires humanitaires, dans la capitale Damas, le 13 février 2023.
Suivez RT France surTelegram

Le président Bachar el-Assad a fait savoir qu'il allait ouvrir deux nouveaux points de passage transfrontaliers avec la Turquie pour acheminer de l'aide humanitaire vers la zone d'Idleb. Une décision saluée par Washington.

Le président syrien a accepté d'ouvrir deux nouveaux points de passage transfrontaliers entre la Turquie et le nord-ouest de la Syrie pour trois mois afin d'acheminer l'aide humanitaire aux victimes du séisme, a annoncé le 13 février le secrétaire général de l'ONU.

«Je salue la décision aujourd'hui du président syrien Bachar el-Assad d'ouvrir les deux points de passage de Bab Al-Salam et Al Ra’ee entre la Turquie et le nord-ouest de la Syrie pour une période initiale de trois mois», a déclaré Antonio Guterres dans un communiqué.

Le président syrien a annoncé cette décision au chef humanitaire de l'ONU Martin Griffiths qu'il a rencontré plus tôt dans la journée à Damas.

Bachar el-Assad, de nouveau fréquentable pour l'Occident ?

Washington a rapidement salué cette annonce, si elle était bien suivie d'effet. 

«Si le régime est sérieux à ce sujet, si le régime est prêt à passer des mots aux actes, alors cela serait une bonne chose pour le peuple syrien», a déclaré à la presse Ned Price, porte-parole du département d'Etat américain.

Avant le séisme qui a frappé la Syrie et la Turquie, la quasi-totalité de l'aide humanitaire destinée aux plus de 4 millions de personnes vivant dans les zones du nord-ouest de la Syrie tenues par l'opposition, était acheminée à partir de la Turquie par le point de passage de Bab al-Hawa, le seul autorisé par le Conseil de sécurité.

Ce mécanisme transfrontalier créé en 2014 par une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU est contesté par Damas mais aussi par Moscou, membre permanent qui dispose du droit de veto.

Alors que les appels à ouvrir de nouveaux points de passage se sont multipliés ces derniers jours, plusieurs membres du Conseil de sécurité, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, ont appelé à une nouvelle résolution en ce sens.

Mais l'accord de Damas rend superflue cette résolution.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix