Près de Saint-Nazaire, opposants et partisans d'un centre d'accueil de migrants battent le pavé

- Avec AFP

Près de Saint-Nazaire, opposants et partisans d'un centre d'accueil de migrants battent le pavé© Google Maps
images
Hôtel de ville de Saint-Brévin-les-Pins (Loire-Atlantique) (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Un projet de centre d'accueil de demandeurs d'asile (Cada) divise les habitants de Saint-Brévin-les-Pins en Loire-Atlantique : opposant et partisans se sont rassemblés ce 11 décembre dans la commune.

Deux manifestations d'opposants et de partisans d'un projet de centre d'accueil de demandeurs d'asile (Cada) ont rassemblé ce 11 décembre respectivement 150 et 250 personnes à Saint-Brévin-les-Pins, selon la gendarmerie. Les deux rassemblements se tenaient à quelques centaines de mètres l'un de l'autre dans cette commune balnéaire, proche de Saint-Nazaire.

«On avait la possibilité de se taire, et de ne rien dire [mais on a voulu] montrer qu'à Saint-Brévin, il y a des gens qui sont favorables à l'accueil des migrants», explique Philippe Croze, le président du «Collectif des brévinois attentifs et solidaires».

«Depuis 2016, Saint-Brévin, accueille des migrants», environ 380 depuis l'ouverture du centre, selon lui. Mais les locaux où ils étaient jusqu'alors doivent être revendus et un nouveau lieu, qui devrait être opérationnel fin 2023, a été choisi par le préfecture et la mairie, indique-t-il.

Les députés de la Nupes, Jean-Claude Raux et Ségolène Amiot, respectivement députés de la 6e et 3e circonscription de Loire-Atlantique, ont pris part à la manifestation en faveur du projet. 

Une soixantaine de militaires mobilisés 

C'est le choix de l'emplacement de ce nouveau Cada, près de l'école publique maternelle et élémentaire PierrAttelée, qui pose notamment problème aux opposants. «Principe de précaution, Non au Cada dans l'enceinte de l'école», pouvait-on lire sur une large pancarte, devant laquelle environ 150 personnes se sont rassemblées en scandant le slogan «Protégez nos enfants», «[Yannick] Morez, ton centre on en veut pas», scandait également certains manifestants à l'adresse de l'édile de la commune comme le rapporte France Bleu. 

«Hier c'était Callac, aujourd'hui c'est Saint-Brévin-les-Pins, demain, ça va être au tour de qui ?», a fait valoir Mickaël, un jeune de 27 ans, originaire d'un village voisin et portant un drapeau du parti Reconquête ! d'Eric Zemmour. 

Il faisait référence à la commune des Côtes d'Armor, où plus d'un millier de personnes, les uns pour dénoncer, les autres pour soutenir, ont manifesté début novembre, à propos d'un projet d'accueil de réfugiés. Contrairement à Saint-Brévin, où les personnes accueillies sont en attente de l'examen de leur dossier par l'Etat, celles qui pourraient être hébergées à Callac ont déjà obtenu le feu vert des autorités et bénéficient d'une carte de séjour de 10 ans.    

Bastian Maldiney, candidat aux dernières législatives pour le Rassemblement national dans la 9e circonscription de Loire-Atlantique, était présent à la manifestation. 

A Saint-Brévin comme à Callac, la manifestation initiale était organisée par des opposants, entraînant en réaction une contre-manifestation en soutien aux projets mis en cause. Une soixantaine de militaires ont été mobilisés à Saint-Brévin-les-Pins et les deux manifestations se sont déroulées sans incidents, a indiqué la gendarmerie à l'AFP.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix