La Fédération internationale de boxe plaide pour la réintégration des sportifs russes et biélorusses

- Avec AFP

La Fédération internationale de boxe plaide pour la réintégration des sportifs russes et biélorusses© Gavriil Grigorov Source: Sputnik
Umar Kremlev, président de la Fédération internationale de boxe, a plaidé pour la réintégration des sportifs russes et biélorusses dans les compétitions internationales, le 30 septembre 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Invoquant la neutralité politique du sport, la Fédération internationale de boxe a plaidé pour la réintégration des sportifs russes et biélorusses dans les compétitions internationales, bannis sur recommandation du Comité international olympique.

La Fédération internationale de boxe (IBA) a réclamé le 30 septembre la réintégration dans les compétitions internationales des sportifs russes et biélorusses, bannis par la plupart des fédérations sur recommandation du Comité international olympique (CIO) depuis le début de l'offensive militaire russe en Ukraine.

Première instance à lancer un tel appel, l'IBA occupe une place à part dans le monde sportif : suspendue par le CIO depuis 2019 pour de multiples défaillances, cette fédération, présidée depuis 2020 par le Russe Umar Kremlev, n'a pas écarté Russes et Biélorusses de ses tournois, et risque de disparaître des JO après 2024.

«Le sport est en dehors de la politique : là où il commence, la politique s'arrête. L'IBA est là pour protéger chaque boxeur, quelle que soit la situation politique dans son pays», a argumenté le 30 septembre Umar Kremlev dans un communiqué.

Au-delà de la boxe, a-t-il estimé, «le temps est venu de permettre à tous les autres athlètes russes et biélorusses de participer à toutes les compétitions officielles de leurs sports en représentant leurs pays».

Thomas Bach explique que les Russes et les Biélorusses ont été exclus «pour leur sécurité»

«A la fois le CIO et les fédérations internationales doivent protéger tous les athlètes, et il ne devrait y avoir aucune discrimination basée sur la nationalité», poursuit-il, se disant prêt à «suivre une initiative commune [pour] séparer le sport et les athlètes de la politique».

L'IBA avance, comme gage de sa neutralité politique, sa décision de laisser les boxeurs ukrainiens participer aux championnats d'Europe junior jusqu'au 5 octobre à Montesilvano (Italie), alors que la Fédération ukrainienne de boxe a été suspendue.

Régulièrement interrogé sur un retour des sportifs russes et biélorusses, le président du CIO Thomas Bach a redit le 30 septembre que les recommandations prises fin février «demeuraient les mêmes pour le moment», dans une interview au journal italien Corriere della Sera.

Il a néanmoins reconnu que la situation en Ukraine «n'avait pas été déclenchée par les athlètes russes», expliquant une nouvelle fois que leur exclusion avait été prise «pour leur sécurité» et pour préserver «l'autonomie du sport» face aux gouvernements refusant de leur accorder un visa ou interdisant à leurs sportifs de concourir face aux Russes.

«Notre mission est de réunir tous les athlètes du monde dans une compétition pacifique, aux JO [...] On ne peut malheureusement pas l'accomplir en ce moment», a-t-il ajouté sur Europe 1, confessant «un grand dilemme».

Depuis le printemps, le CIO indique qu'il réévaluera «étape par étape» ses recommandations contre les Russes et Biélorusses, alors que la question se pose déjà de leur future participation aux JO 2024 de Paris. Côté football, où FIFA et UEFA ont exclu les sélections et clubs russes de leurs compétitions, l'équipe nationale est d'ores et déjà bannie du Mondial 2022 au Qatar et des qualifications de l'Euro 2024 en Allemagne, dont le tirage au sort aura lieu le 9 octobre.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix