Nouvelle frappe sur le site de la centrale de Zaporojié : Moscou et Kiev s'accusent mutuellement

Nouvelle frappe sur le site de la centrale de Zaporojié : Moscou et Kiev s'accusent mutuellement© Ed JONES / AFP
La centrale nucléaire de Zaporojié, photographiée le 27 avril 2022. (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'administration russe d'Energodar en Ukraine a déploré une nouvelle frappe dans la zone de la centrale nucléaire de Zaporojié, également sous contrôle de l'armée russe. Les autorités ukrainiennes tiennent, elles, les Russes pour responsables.

Dans la nuit du 6 au 7 août, les forces ukrainiennes ont frappé la centrale nucléaire de Zaporojié, a affirmé à RIA Novosti l’administration militaire et civile d’Energodar – une ville d'Ukraine sous contrôle des autorités russes. «Cette nuit, des groupes armés ukrainiens ont effectué une frappe en utilisant une roquette à sous-munitions du système de lance-roquettes multiple Ouragan de 220 mm», a déclaré le représentant de l’administration russe de la ville. Il a précisé que la roquette avait eu le temps de s’ouvrir et de larguer des sous-munitions.

Selon la même source, les sous-munitions ont endommagé des bâtiments administratifs du complexe et certaines d'entre elles seraient tombées à 400 mètres seulement du réacteur en fonction.

Les autorités ukrainiennes ont elles accusé l'armée russe d'avoir tiré sur le site de la centrale de Zaporojié. La compagnie d'Etat ukrainienne Energoatom a ainsi affirmé qu'un des employés sur place avait dû être hospitalisé pour des «blessures causées par l'explosion» d'une roquette tirée «samedi [6 août] soir» par les Russes.  «Trois détecteurs de surveillance des radiations autour du site de la centrale ont été endommagés [...] Par conséquent, il est actuellement impossible de détecter» une éventuelle hausse de la radioactivité et donc d'«intervenir en temps utile», a-t-elle ajouté.

Le 5 août déjà, autorités russes et ukrainiennes s'étaient accusées mutuellement d'avoir frappé le site de cette centrale nucléaire, la plus grande d'Europe. Trois jours avant, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avait alerté au sujet d'une situation «volatile» et «de plus en plus dangereuse de jour en jour» à Zaporojie.

L'armée russe a pris le contrôle d'une partie de la région de Zaporojié dans le cadre de son opération militaire en Ukraine, lancée le 24 février dernier et dénoncée par Kiev et ses alliés occidentaux comme une guerre d'invasion.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix