Zemmour demande «à l'Etat de sévir» à la suite de plusieurs agressions envers ses militants

- Avec AFP

Eric Zemmour alors qu'il participe à l'émission politique «Elysée 2022» sur France 2 le 17 mars 2022.© Thomas COEX Source: AFP
Eric Zemmour a demandé «à l'Etat de sévir» alors que plusieurs de ses militants ont été agressés (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le candidat à l'élection présidentielle Eric Zemmour a exhorté l'Etat «à sévir» à la suite de multiples agressions envers ses militants dans plusieurs villes de France. Lui-même s'était fait prendre à parti avant un meeting le 12 mars.

Des militants aspergés d'essence, insultés en marge de meetings ou lors du collage d'affiches... le candidat à la présidentielle Eric Zemmour et son parti déplorent ces «menaces et violences», et demandent «à l'Etat de sévir». Deux hommes âgés de 25 ans étaient ce 20 mars en garde à vue dans l'Essonne, accusés d'avoir aspergé d'essence des militants pro-Zemmour le 18 mars, sans faire de blessé, a appris l'AFP de source policière.

Les faits remontent au soir du 18 mars, à Linas (proche de Paris), où huit personnes, dont trois mineurs âgés de 11 à 16 ans, ont été aspergés par des personnes à bord d'un véhicule qui passait, alors qu'ils cherchaient à étendre une banderole en soutien à Eric Zemmour au-dessus de la Francilienne. «Les deux hommes en garde à vue disent détester Zemmour et ses idées. Ils disent avoir vu le groupe de personnes, être allés chercher une bouteille d'essence pour les asperger, mais sans vouloir aller plus loin», a ajouté la source policière, qui précise que des expertises sont en cours.

Toujours dans la soirée du 18 mars, mais cette fois à Metz, le chef de file du mouvement de jeunesse Génération Z, Stanislas Rigault, ainsi qu'un porte-parole de Reconquête!, se sont fait abondamment insulter en marge d'un meeting du candidat, selon une vidéo qu'ils ont diffusée sur les réseaux sociaux.

Depuis le début de la campagne, une cinquantaine de militants ont été «attaqués avec des couteaux, des poings américains, des chiens d'attaque, des gaz lacrymogènes, des armes à feu, des chaises, des tessons de bouteille et des tirs de mortier», a pointé Eric Zemmour dans un communiqué. 

Lui-même a reçu un oeuf sur la tête le 12 mars à Moissac (Tarn-et-Garonne), de la part d'un agriculteur à la retraite, père d'un enfant autiste, en désaccord avec les prises de position controversées de Eric Zemmour au sujet des enfants en situation de handicap. Le candidat a dénoncé cette semaine une «complaisance totale du monde politico-médiatique» vis-à-vis de ces agressions, et demandé «à l'Etat de sévir» et à ses militants «de faire preuve de vigilance dans leur magnifique mobilisation partout en France».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix