Conflit en Ukraine : Nathalie Arthaud dénonce l'influence des «puissances impérialistes»

Nathalie Arthaud© Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
Nathalie Arthaud
Suivez RT en français surTelegram

Invitée à livrer sa vision géopolitique de l'intervention militaire russe en Ukraine, la candidate Lutte ouvrière à l'élection présidentielle Nathalie Arthaud souligne qu'une «guerre d'influence dure depuis des années» dans cette région du monde.

Interrogée sur France 5 le 24 février, la candidate Lutte ouvrière à l'élection présidentielle, Nathalie Arthaud, a détaillé sa vision du conflit russo-ukrainien en cours : «Je tiens à condamner les manœuvres qui ont été conduites par les puissances impérialistes occidentales par l'OTAN et bien sûr par les Etats-Unis, parce qu'aujourd'hui, on nous dit, bien sûr, c'est Poutine l'agresseur. La réalité, c'est qu'il y a une guerre d'influence qui dure depuis des années et des années.»

Et d'analyser : «L'OTAN a ceinturé la Russie, a exercé une pression militaire qui a finalement conduit à cet affrontement armé. Alors je dénonce bien sûr ces rivalités, ce bras de fer.» «Mais, c'est la Russie qui a attaqué l'Ukraine ?», lui demande alors son interlocutrice. Et Nathalie Arthaud de répliquer : «J'estime que c'est une façon mensongère de présenter la situation. Vous savez que la guerre dans le Donbass, elle dure depuis huit ans dans ces régions séparatistes. Il y a eu 14 000 morts déjà. C'est cette pression militaire dans la région qui dure depuis 2014 et qui dégénère aujourd'hui en conflit armé.»

Et la présentatrice de rebondir : «Mais ce n'est pas l'OTAN qui fait la guerre...» «Mais si, l'OTAN fait la guerre. Vous savez combien d'armes les Américains ont envoyé en Pologne, en Roumanie, en Ukraine aussi ? Il n'y a jamais eu autant de bases militaires autour de la Russie», rétorque Nathalie Arthaud.

«Ce n'est pas la Russie qui envoie des armes ni qui installe une base militaire au Mexique à la frontière des Etats-Unis. Ce rapport de forces, ce bras de fer existe depuis des années et des années et j'ai l'impression qu'on assiste à une espèce de grande manipulation qui ressemble à ce qui s'est passé avec l'Irak en 2003. On nous a expliqué que Saddam Hussein était devenu le monstre qui allait faire péter toute la planète. D'ailleurs, les Américains avaient inventé les armes de destruction massive pour partir en guerre et envahir l'Irak», poursuit-elle.

La candidate des ouvriers nuance toutefois : «Je n'ai aucune sympathie pour le régime autoritaire de Poutine. Je pense qu'il faudrait bien sûr arrêter cette guerre, la première victime est la population. Mais il faut balayer devant sa porte, c'est-à-dire devant la responsabilité des puissances occidentales, de la France qui s'aligne en réalité derrière les Etats-Unis.» Interrogée au sujet des allocutions télévisées d'Emmanuel Macron, Nathalie Arthaud assume : «Cet appel à l'unité nationale, non je ne marche pas ! Et je ne marche pas dans cette montée du climat belliqueux pour dire qu'il faut absolument combattre Poutine, la Russie. J'appelle la population [française] à ne pas marcher dans cette guerre, qui n'est pas du tout dans son intérêt.»

Au sein de la classe politique française, l'intervention annoncée par la Russie pour «démilitariser et dénazifier» l'Ukraine a été quasi-unanimement condamnée. A l'international également, les condamnations se sont multipliées contre ce que de nombreux pays présentent comme une invasion.

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix