«Prisonnier politique» : Jérôme Rodrigues s'exprime sur son interpellation près de l'Elysée

Jérôme Rodrigues à Paris© Sameer Al-DOUMY Source: AFP
Jérôme Rodrigues à Paris, le 12 février 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Jérôme Rodrigues, une des figures du mouvement des Gilets jaunes, a été interpellé en marge des manifestations qui se tenaient au même moment à Paris. Il est accusé d'avoir organisé «une manifestation interdite par le préfet de police».

Interpellé par les forces de l'ordre le 12 février à Paris, le militant Jérôme Rodrigues a vivement contesté le lendemain les motifs de son arrestation, estimant être un «prisonnier politique», selon son avocat David Libeskind.

Jérôme Rodrigues, une des figures du mouvement des Gilets jaunes, a été interpellé aux abords de l'Elysée, à l'angle des rues de Duras et du Faubourg Saint-Honoré, dans le VIIIe arrondissement de Paris, en marge des manifestations qui se tenaient au même moment dans la capitale. Une source policière citée par l'AFP a expliqué que le militant avait été arrêté en tant qu'«organisateur d'une manifestation interdite par le préfet de police de Paris».

Jérôme Rodrigues s'estime l'objet «d'un harcèlement de la part des policiers»

Dans un communiqué transmis à RT France le 13 février, son avocat a souligné que Jérôme Rodrigues avait expliqué au cours de son audition par la police n'être «en aucun cas l'organisateur de cette manifestation», arguant que «les organisateurs de cette manifestation sont déjà connus puisque les médias les ont relayés». A l'appel de Gilets jaunes, du parti Les Patriotes de Florian Philippot, mais également de partisans du mouvement Convoi de la liberté, des manifestations ont eu lieu à Paris le 12 février pour protester contre le pass vaccinal et les restrictions sanitaires.

David Libeskind a ajouté que son client «fait l'objet d'un harcèlement de la part des policiers et de la préfecture de police de Paris par des contrôles d'identité à répétition» depuis de nombreuses années, alors même, précise-t-il, que celui-ci «a un casier judiciaire vierge et n'a jamais fait l'objet d'une quelconque condamnation». «Jérôme Rodrigues tient à souligner qu'il est prisonnier politique», a-t-il également déclaré, déplorant «les conditions de sa garde à vue et l'audition de 2h30 qu'il a subie au sein du commissariat du XVIIe arrondissement».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix