Un militaire français tué et neuf autres blessés dans une attaque au mortier au Mali

Barkhane France Mali Soldat Armée© Ludovic Marin Source: AFP
L'insigne de la mission française Barkhane dans la région du Sahel en Afrique (Image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Un militaire français a trouvé la mort au Mali le 22 janvier dans l’attaque au mortier d'un camp militaire de Barkhane, à Gao. Il s'agit d'un membre du 54e régiment d’artillerie de Hyères. Neuf autres militaires ont été légèrement blessés.

Un militaire français a été tué le 22 janvier au Mali dans une attaque au mortier contre le camp militaire de l'opération Barkhane à Gao, a annoncé l'Elysée.

Un communiqué fait part de la «très vive émotion» d'Emmanuel Macron à l'annonce de la mort du brigadier Alexandre Martin, du 54e régiment d’artillerie de Hyères, et «confirme la détermination de la France à poursuivre la lutte contre le terrorisme dans la région, aux côtés de ses partenaires».

Neuf autres militaires ont été légèrement blessés lors de l'attaque, sans que leur état ne suscite d'inquiétude, a précisé l'Etat-major des armées dans un communiqué.

Il s'agit du 53e militaire français tué au combat au Sahel depuis 2013. Sa mort survient alors que le 18 janvier, quatre soldats français avaient été blessés au Burkina Faso lors de l'explosion d'un engin explosif improvisé (IED) au passage de leur véhicule. Il y avait eu en 2021 trois morts au combat et un mort par accident parmi les militaires français déployés au Sahel.

Le Mali veut revoir ses accords de défense

La force antidjihadiste Barkhane, présente depuis 2014 au Mali et dont la mission est étendue au Sahel, est au cœur d'enjeux politiques bilatéraux majeurs, avec en toile de fond la réorganisation de la présence militaire française, le Mali ayant demandé à la France de revoir les accords de défense bilatéraux liant les deux pays. «Nous voulons relire les accords déséquilibrés qui font de nous un Etat qui ne peut même pas survoler son territoire sans autorisation de la France», avait ainsi déclaré à la télévision nationale le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga le 15 janvier.

Les tensions entre la France et le Mali font également suite aux accusations des Occidentaux, qui reprochent à Bamako d'avoir recours aux services de la société militaire privée russe Wagner. Une accusation fermement démentie par le Mali, comme le rappelait sur RT France le 16 janvier Nouhoum Sarr, deuxième vice-président du Conseil national de transition du pays : «C’est une plaisanterie. Dans notre pays, il n’y a pas de Wagner. Nous coopérons d’Etat à Etat. Nous coopérons avec les autorités légitimes russes tout comme nous coopérons avec les autorités turques, américaines… Nous coopérons avec toutes les autorités.»

Signe de ces fortes tensions, le Mali avait dénoncé le 12 janvier au soir une violation de son espace aérien par la France, liée à la fermeture de ses frontières en représailles à des sanctions de la Cédéao soutenues notamment par Paris. Par la voix de sa ministre française des Armées, Florence Parly, la France a de son côté dit le 20 janvier vouloir «trouver la voie» pour poursuivre l'objectif de la lutte antidjihadiste en Afrique de l'Ouest.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix