Attaqué par le syndicat Solidaires après son licenciement d'Ubisoft, Kuzmanovic annonce une plainte

Attaqué par le syndicat Solidaires après son licenciement d'Ubisoft, Kuzmanovic annonce une plainte© ERIC PIERMONT Source: AFP
Un ballon de l'Union syndicale Solidaires lors d'une manifestation à Jouy-en-Josas (Yvelines), en août 2017 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le syndicat Solidaires chez Ubisoft a publié un communiqué à charge contre le candidat à la présidentielle Georges Kuzmanovic, se réjouissant du fait qu'il ait récemment été licencié. L'homme politique a annoncé une plainte en diffamation.

Le candidat à l'élection présidentielle Georges Kuzmanovic a annoncé le 22 octobre son intention de déposer une plainte en diffamation après la publication d'un communiqué dans lequel la section syndicale Solidaires chez Ubisoft a multiplié les attaques à son endroit. Elle s'est notamment réjouie de son récent licenciement de l'entreprise pour des motifs qu'il conteste formellement

Sur Twitter, le fondateur du parti République souveraine – qui a annoncé sa candidature pour l'Elysée début septembre – a reproché à l'organisation syndicale de soutenir «le management version Uber» de la société qui l'a mis à la porte. «Au fait les mythos, vous n'avez AUCUN représentant syndical à Ubisoft», a également affirmé Georges Kuzmanovic.

L'homme politique réagissait ici à un communiqué paru le jour-même, intitulé «Kuzmanovic : un réac de moins chez Ubi» et dans lequel le syndicat en question l'a accusé de «misogynie» tout en lui reprochant «des idées nauséeuses sur l'immigration», sa «proximité avec des personnalités politiques d’extrême droite» ou encore ses «positions réactionnaires». «Nous imaginons le plaisir que ça a dû être de travailler au quotidien avec un tel personnage», peut-on encore lire dans le texte dont les auteurs concèdent toutefois que «les raisons exactes de son licenciement ne sont pas claires».

Dites Solidaires vous ne défendez que les salariés qui partagent vos opinions ?

Le communiqué syndical a rapidement suscité plusieurs centaines de réactions sur Twitter, l'écrasante majorité des internautes ayant signifié leur indignation face à une telle charge visant un salarié licencié. Parmi les commentateurs les plus connus, figure par exemple l'économiste David Cayla. «Un syndicat qui se réjouit d'un licenciement. Ce n'est pas banal. Dites Solidaires vous ne défendez que les salariés qui partagent vos opinions ? Comment faites-vous concrètement pour distinguer les bons salariés à défendre et ceux qui méritent la mort sociale ?», a ainsi interrogé l'universitaire sur le réseau social.

«Bonjour [la branche Informatique Jeu vidéo de] Solidaires. Une question : outre la cotisation, vous demandez aux travailleurs pour qui ils votent pour les défendre ? Quand vous décrétez qu'ils sont "réacs" vous virez ? Quelle honte. Votre communiqué est une insulte à la démocratie et aux luttes syndicales», a pour sa part écrit Manon Le Bretton, ancienne candidate de La France insoumise aux législatives dans l'Aude.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»