Lutte des gauches en 2022 : Montebourg, le candidat de la «remontada» de la France périphérique ?

Lutte des gauches en 2022 : Montebourg, le candidat de la «remontada» de la France périphérique ?© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK Source: AFP
Arnaud Montebourg veut être le candidat de «la remontada», à Clamecy (Nièvre) le 4 septembre.
Suivez RT France surTelegram

Arnaud Montebourg est officiellement candidat à la présidentielle. L'ancien ministre veut incarner une candidature hors parti et au-delà des clivages. Souverainisme, ruralité, sécurité : il entend réveiller la gauche sur ces sujets-là.

Arnaud Montebourg ne veut pas simplement faire de la figuration dans cette présidentielle. Tout juste candidat, l'entrepreneur a envoyé son premier direct le 1er septembre au cours d'un entretien pour Le Journal du Centre : «Je pars pour être au deuxième tour. Aujourd’hui, je ne sais pas pour qui voter. C’est pour cela que je me présente.» Un message subliminal qui s'adresse particulièrement aux nombreux prétendants de la gauche allant de Jean-Luc Mélenchon à Anne Hidalgo en passant par les écologistes ou le communiste Fabien Roussel. Trois jours plus tard, à Clamecy (Nièvre), pour son premier meeting en tant que candidat, il lâche les chevaux : «Je suis venu ici libre et sans parti politique [...] Les partis de droite ne savent pas vous protéger contre les injustices, les partis de gauche ne savent pas vous protéger contre l'insécurité et la dureté des temps.» Gauche, droite ou centre, «ces partis sont encore prisonniers de [leurs] vieux démons», clame-t-il.

Sauf qu'Arnaud Montebourg va devoir subir un premier obstacle, et non des moindres : peut-on être candidat à la présidentielle et atteindre l'Elysée sans le soutien des partis traditionnels ? Certes, Emmanuel Macron l'a bel et bien fait en 2017. Reste que le problème pécuniaire, dont n'a pas souffert l'actuel locataire de l'Elysée, risque d'être de taille pour battre campagne. Doté d'un simple comité de soutien, «L'Engagement», il sait d'ailleurs ne pas pouvoir compter sur son ancien parti : le Parti socialiste (PS). Celui-ci a déjà fait son choix en coulisses : celui d'Anne Hidalgo. La maire de Paris a en effet reçu les appuis du patron du PS Olivier Faure, de Martine Aubry, de Jean-Christophe Cambadélis, de Ségolène Royal ou du trésorier et maire de Bourg-en-Bresse Jean-François Debat.

Face à une candidate apparaissant comme la représentante des métropoles et des urbains, Arnaud Montebourg a senti qu'un espace s'ouvrait à gauche car manquant : la défense de la ruralité et des villes moyennes. Dans la presse, comme à Clamecy, il en est persuadé : «Du travail, il y en a dans les territoires, dans des secteurs d’activité comme l’agriculture, l’artisanat, le commerce. Il y a un mouvement de société, de refus de la ville, et c’est ce mouvement-là, le retour à la terre, que je veux mettre au pouvoir». Avec pour slogan de campagne «la remontada» (la remontée), il pense à «ces petites villes sinistrées [...] cette France des bourgs ruraux et des sous-préfectures abimées économiquement oubliées politiquement», pendant que «les centres-villes des métropoles ont capturé la richesse». Relancer les services publics dans les campagnes fait partie de sa «remontada territoriale».

Mais cela reste un défi pour un ancien député qui a aussi pâti de l'image d'un homme politique à l'aspect jugé parfois élitiste. Certains militants, qui l'ont suivi et soutenu durant sa carrière, nous confessent que ce sera l'un de ses premiers défis et clichés à abattre. Le choix d'un premier meeting dans la petite ville de Clamecy (moins de 4 000 habitants), sa terre natale située dans la Nièvre, le 4 septembre, n'est évidemment pas fortuit.

Il veut apparaître comme proche du peuple, rappelant les origines de ses parents, de sa jeunesse en village, lançant sa carrière de parlementaire en Saône-et-Loire, dans la petite commune bressane de Louhans. «C'est cette histoire rurale, des petites villes, des sous-préfectures, que je porte dans mon parcours, dans mon histoire à la fois personnelle et politique», relate-t-il dans la presse. Cette France périphérique qui a bouillonné durant les Gilets jaunes et qui s'abstient massivement lors des dernières élections, Arnaud Montebourg sent que la gauche ne parvient plus à lui parler, à l'instar de La France insoumise semblant davantage chercher le vote des banlieues. Une gauche visiblement toujours engluée dans la philosophie de la stratégie du think tank Terra nova –privilégiant le vote des minorités sur celui des classes populaires.

Faire de la réindustrialisation, «la première cause nationale»

Qu'à cela ne tienne, pour Arnaud Montebourg, sur la désindustrialisation de la France, «il n’y a aucune fatalité à ce qu’on accepte cet état de fait». Sans surprise, le chantre du made in France place le sujet économique au cœur de son programme. «Tous les clignotants nationaux sont au rouge», constate-t-il à Clamecy, évoquant une «industrie effondrée». Il se prononce pour que la réindustrialisation redevienne «la première cause nationale», en recréant «des fleurons industriels disparus ou perdus» avec des «alliances entre l'Etat et les industriels». Cela suppose pour lui, la «relocalisation à fabriquer la soixantaine de produits critiques que nous importons au prix de notre souveraineté perdue dans l'électronique, le machinisme, l'alimentation [ou] la pharmacie». L'ancien ministre du Redressement productif ne veut pas laisser le patriotisme ou la fierté française être phagocytés par la droite.

Avec constance depuis plusieurs années, il se revendique d'ailleurs comme un critique de l'Union européenne. «Nous aurons à nous unir face aux institutions européennes qui ne voudront pas nous laisser faire [...] La restructuration de l’Europe s’imposera et devra laisser aux Etats la liberté de reconstruire leur industrie, leur agriculture», affirme-t-il le 1er septembre. Pourtant, à Clamecy, il a quasiment éludé cette question-là. Hormis d'afficher une volonté de mettre le Parlement français au-dessus de Bruxelles, celui-là pouvant amender «toutes les règlementations européennes». C'est pourtant sur ce point qu'Arnaud Montebourg était aussi attendu, non seulement par ses sympathisants (en témoigne une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux) et par ses potentiels alliés comme l'ex-Insoumis Georges Kuzmanovic.

En rupture sur l'écologie et la sécurité ?

En fil rouge, son gimmick pro-industrie a également une conséquence sur sa vision de l'écologie, s'opposant à la plupart de la gauche – hormis possiblement l'aile traditionnelle des communistes. Quand celle-là veut miser sur la réduction voire la suppression des centrales nucléaires, Arnaud Montebourg choisit la force de l'atome. Là encore, il n'en dit mot à Clamecy. Reste qu'il s'est positionné ces derniers mois. Membre du comité de soutien de l'association transpartisane de défense du Patrimoine nucléaire et du climat (PNC-France), présidé par l'ancien président de droite de l'Assemblée Bernard Accoyer, l'ex-élu de Bourgogne mise sur ces réacteurs pour réduire les émissions de CO2, développer l'emploi de la filière et préserver une électricité à bas coût.

Un autre hiatus risque de heurter la gauche : Il ne veut pas laisser le thème de la sécurité à la droite. Arnaud Montebourg veut remettre en place l'idée – très chevènementiste – de la police de proximité. «La montée de la violence est une réalité [...] avec la disparition de la loi dans certaines parties du pays», assume-t-il, voulant appliquer une «politique de sévérité républicaine», lançant quasiment un message à certains responsables politiques : «Faut-il rappeler que la sûreté fait partie d'un droit indescriptible de l'homme et du citoyen ?»

«2022 est peut-être notre dernière chance de sérieusement remonter notre pente», appuie-t-il dans la Nièvre. Reste qu'un candidat aussi patriote n'a t-il pas commis une première faute de goût ? Celle d'avoir pris pour slogan un mot espagnol : «la remontada». Un mot pas très bleu blanc rouge.

Bastien Gouly

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»