Mer Noire : les forces russes escortent une frégate néerlandaise près du détroit de Kertch

Suivez RT France surTelegram

La frégate néerlandaise Everstsen se serait dirigée vers les eaux territoriales russes à proximité de la Crimée, le 24 juin, poussant deux avions russes à intervenir «à distance de sécurité», selon Moscou. Les Pays-Bas dénoncent un acte «dangereux».

Les Pays-Bas ont accusé le 29 juin des avions de combat russes d'avoir eu un comportement «dangereux» à l'égard d'un navire de guerre néerlandais en mer Noire la semaine dernière. Mais Moscou met de son côté en avant une autre explication, soulignant avoir permis d'éviter une «violation de la frontière des eaux territoriales de la Fédération de Russie».

Le ministère de la Défense néerlandais avait été le premier à rapporter l'incident, qui s'est produit le 24 juin, accusant les avions russes d'avoir «continuellement harcelé» pendant cinq heures la frégate lorsqu'elle se trouvait au sud-est de la Crimée. 

«[Les avions] volaient dangereusement bas et près, feignant des attaques», précisait encore le ministère néerlandais dans un communiqué, assurant qu'ils étaient munis de «bombes et de missiles dits "sol-air"». «Après des heures d'intimidation, des perturbations des équipements électroniques de l'Evertsen ont également été enregistrées», pouvait-on encore lire dans le communiqué.

Moscou souligne avoir empêché une violation de sa frontière

Le ministère russe de la Défense a publié à son tour un communiqué le 30 juin présentant une autre version des faits que celle narrée par la partie néerlandaise.

Dans son communiqué, Moscou précise «que la frégate Everstsen de la marine néerlandaise [...] a changé de cap et commencé à se diriger vers le détroit de Kertch». Le ministère russe de la Défense a alors estimé nécessaire la mobilisation «des chasseurs Sukhoï Su-30 et des bombardiers Sukhoï Su-24» afin d'«empêcher la violation de la frontière des eaux territoriales de la Fédération de Russie».

Un point contesté par le ministre néerlandais de la Défense, Ank Bijleveld-Schouten, qui a jugé à l'inverse : «L'Evertsen a parfaitement le droit de naviguer à cet endroit. Rien ne justifie ce genre d'action agressive, qui augmente aussi inutilement le risque d'accident.»

Le communiqué russe précise quant à lui que les chasseurs et bombardiers «ont effectué des vols à distance de sécurité près du navire de la marine néerlandaise. Après les survols effectués par les avions russes, la frégate Evertsen a immédiatement changé de cap en s'éloignant de la frontière de la Fédération de Russie et a continué à suivre son itinéraire précédent». «Les vols des avions russes ont été effectués conformément aux règles internationales d'utilisation de l'espace aérien», conclut le texte.

La frégate Evertsen fait partie du groupe aéronaval du destroyer britannique HMS Defender. La veille, des tirs de semonce avaient été lancés par les forces russes dans la trajectoire de ce navire qui avait, selon Moscou, violé ses eaux territoriales au large de la Crimée.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»