La Russie demande au Royaume-Uni d'enquêter sur «les actions dangereuses» de son navire en mer Noire

La Russie demande au Royaume-Uni d'enquêter sur «les actions dangereuses» de son navire en mer Noire© REUTERS/Yoruk Isik
A l'avant-plan, le destroyer de la marine britannique Defender, vu dans le Bosphore en juin 2021 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

Après un avertissement, des tirs de semonce auraient été effectués en direction d'un navire militaire britannique ayant violé la frontière russe en mer Noire, selon Moscou, le forçant à faire demi-tour. Londres, de son côté, dément ces tirs.

Un navire militaire russe, puis un chasseur Sukhoï Su-24M, auraient tiré des coups de semonce en direction du destroyer de la Royal Navy britannique HMS Defender après son intrusion dans les eaux russes de la mer Noire, d'après un communiqué du ministère russe de la Défense publié ce 23 juin. L'incident est survenu au niveau du cap Fiolent au sud de la ville de Sébastopol, dans la péninsule de Crimée, rattachée à la Russie en 2014 à la suite d'un référendum. De son côté, Londres assure que son navire n'a été visé par aucun tir.

Le Defender, qui s'était aventuré jusqu'à 3 kilomètres à l'intérieur des eaux russes selon Moscou, a quitté la zone peu de temps après.

Le ministère de la Défense a précisé auprès de l'agence de presse RIA que le navire britannique avait franchi la frontière russe à 11h52. Selon la même source, il a été averti de l'utilisation d'armes en cas de violation de la frontière, mais l'équipage du destroyer n'aurait pas réagi. A 12h06 et 12h08, un navire russe de patrouille frontalière aurait alors procédé à des tirs d'avertissement en direction du vaisseau britannique. Neuf minutes plus tard, un avion de chasse russe Su-24m aurait effectué un bombardement d'avertissement, larguant quatre OFAB-250, des bombes à fragmentation de 250 kg, dans la trajectoire du destroyer. A 12h23, le navire britannique a quitté les frontières de la mer territoriale de la Fédération de Russie.

L'ambassadeur britannique convoqué par Moscou

Moscou a fait savoir que l'attaché militaire auprès de l’ambassade du Royaume-Uni dans la capitale russe avait été convoqué au ministère de la Défense, et que l'ambassadeur britannique en Russie allait être convoqué.

Et pour cause, la version avancée par Londres diffère de celle de Moscou. Cité par Reuters, le ministère britannique de la Défense a ainsi assuré que son navire n'avait été ciblé par aucun tir et évoque un «simple passage dans les eaux territoriales ukrainiennes», selon les termes de l'agence de presse. De son côté, un correspondant de la chaîne publique britannique BBC a rapporté que le navire du Royaume-Uni, au bord duquel il se trouvait, avait été «harcelé» par la flotte russe.

Moscou, enfin, réclame que Londres enquête sur «les actions dangereuses» de son navire en mer Noire.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»