Nicolas Sarkozy nie toutes dépenses excessives lors de la campagne présidentielle de 2012

- Avec AFP

Nicolas Sarkozy nie toutes dépenses excessives lors de la campagne présidentielle de 2012© AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT
L'ancien président français Nicolas Sarkozy (à gauche) le 15 juin 2021 au tribunal correctionnel de Paris.
Suivez RT France surTelegram

Poursuivi pour «financement illégal de campagne», Nicolas Sarkozy a nié toutes les accusations devant le tribunal de Paris. Des anciens cadres de l'UMP et de Bygmalion sont toujours soupçonnés d'avoir organisé un système de double facturation.

L'ancien président français Nicolas Sarkozy a nié ce 15 juin devant le tribunal correctionnel de Paris avoir engagé des dépenses excessives lors de sa campagne présidentielle perdue en 2012, a rapporté l'AFP. A l'occasion de ce procès ouvert il y a trois semaines, l'ancien chef d'Etat comparaissait pour «financement illégal de campagne» en encourant un an d'emprisonnement et 3 750 euros d'amende.

Dans ce dossier aussi appelé Bygmalion (du nom de l'agence événementielle qui a organisé de nombreux rassemblements politiques), Nicolas Sarkozy aurait fait le choix avec son équipe de «meetings spectaculaires et dispendieux» en demandant d'accélérer le rythme jusqu'à un rassemblement par jour. L'accusation estime que Nicolas Sarkozy a «incontestablement» bénéficié d'une fraude qui lui a permis de disposer d'au moins 42,8 millions d'euros au total, soit près du double du plafond légal à l'époque.

Appelé à la barre, l'ancien président de la République a tout nié en bloc : «J'aimerais qu'on m'explique en quoi j'ai plus fait campagne en 2012 qu'en 2007. C'est faux ! Il n'y a pas eu d'emballement», a rétorqué Nicolas Sarkozy, soulignant que d'après lui, cette affaire était une «fable». En ce qui concerne la chaîne des responsabilités, l'ex-chef de l'Etat a fait valoir que contrairement à la campagne de 2007 «organisée par l'UMP», la chose était «très différente» en 2012, précisant que d'un côté, il y avait son équipe de campagne dirigée par Guillaume Lambert (sur le banc des prévenus) et de l'autre côté l'UMP dirigée par Jean-François Copé. 

13 prévenus sont soupçonnés d'être impliqués dans un système de double facturation

L'ex-secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé a été blanchi dans cette affaire et a été entendu comme simple témoin la semaine dernière en expliquant au tribunal qu'il fallait «toujours se demander à qui cela profite». Jérôme Lavrilleux, à l'époque directeur de cabinet de Jean-François Copé et directeur adjoint de la campagne est le seul à l'UMP à avoir reconnu une fraude, assurant que ni son patron ni Nicolas Sarkozy n'avaient été mis au courant.

Les treize autres prévenus, anciens cadres de Bygmalion et de l'UMP qui ont défilé à la barre sont soupçonnés d'être impliqués dans un système de double facturation imaginé pour masquer l'explosion des dépenses autorisées pendant la campagne. Le prix réel des quelque 40 meetings organisés par Bygmalion avait été drastiquement réduit et le reste (80% des factures) réglé par l'UMP au nom de conventions fictives du parti. Le procès devrait durer jusqu'au 22 juin.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»