«Ecouter» plutôt que «se taire» : Audrey Pulvar se justifie après ses propos polémiques

- Avec AFP

«Ecouter» plutôt que «se taire» : Audrey Pulvar se justifie après ses propos polémiques© JEAN-PAUL PELISSIER Source: AFP
Audrey Pulvar au Festival de Cannes le 18 mai 2018
Suivez RT France surTelegram

Après ses propos qui avaient suscité la polémique, Audrey Pulvar a tenté de se justifier ce 30 mars. La candidate PS aux régionales avait évoqué des réunions «non-mixtes» dans lesquelles on pourrait demander aux personnes blanches «de se taire».

«Ecouter», plutôt que «se taire», avant «de prendre la parole» : Audrey Pulvar a rectifié le tir ce 30 mars après des propos sur les réunions non-mixtes qui lui ont valu de nombreuses attaques.

La candidate investie par le PS aux régionales en Ile-de-France, avec le soutien de la maire de Paris Anne Hidalgo dont elle est adjointe, avait estimé le 27 mars, à propos des réunions «non-mixtes» pour les personnes s'estimant victimes de racisme, qu'une personne blanche ne devait pas en être exclue mais qu'on «peut lui demander de se taire».

«J'ai évoqué la possibilité que d'autres militants ou citoyens qui ne sont pas victimes de racisme y participent, sans difficulté, mais à condition [...] d'être d'abord dans une écoute bienveillante de la parole des personnes discriminées», écrit Audrey Pulvar mardi dans une tribune publiée dans Le Monde.

«J'ai utilisé le verbe "se taire", parce que c'est généralement ce que l'on fait, quand on veut réellement écouter l'autre, avant ensuite de prendre la parole», affirme encore la candidate, selon laquelle «d'aucuns y ont vu une forme de sommation au silence. À tort.»

Jamais je n'ai dit vouloir réduire au silence une partie de la population

«À celles et ceux que ma formulation a pu heurter, en leur donnant la sensation que je voulais d'emblée les exclure, je veux dire ici que tels n'étaient ni mon propos, ni mon intention», plaide l'adjointe à l'alimentation durable à la mairie de Paris.

«Jamais je n'ai dit vouloir réduire au silence une partie de la population, pour quelque motif que ce soit, et encore moins pour sa couleur de peau. Jamais je n'ai prononcé, ni conçu les mots "les blancs doivent se taire"», martèle l'ancienne journaliste, d'origine martiniquaise.

Audrey Pulvar réagissait aux propos de la présidente de l'Unef, Mélanie Luce, qui avait évoqué l'organisation de réunions «non-mixtes» pour «permettre aux personnes touchées par le racisme de pouvoir exprimer ce qu'elles subissent».

Si «ces groupes n'avaient pas ma préférence», indique Audrey Pulvar, «je peux concevoir, entendre, la nécessité pour des personnes discriminées [...] de se retrouver "entre elles", pour échanger, se rasséréner, trouver ensemble les moyens de se protéger d'autres exactions».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»