L'Etat reconnaît sa responsabilité dans un tir de LBD ayant grièvement blessé un adolescent

L'Etat reconnaît sa responsabilité dans un tir de LBD ayant grièvement blessé un adolescent© Christophe ARCHAMBAULT Source: AFP
Un policier équipé d'un LBD lors d'une manifestation à Paris, le 30 janvier 2021 (image d'illustration)

Le ministère de l’Intérieur a admis la responsabilité sans faute de l'Etat dans un tir de LBD ayant grièvement blessé un adolescent à la mâchoire en marge d’une manifestation des gilets jaunes à Strasbourg, en janvier 2019.

Le ministère de l’Intérieur a admis le 16 mars la responsabilité sans faute de l’Etat dans le tir de lanceur de balles de défense (LBD) qui a sévèrement blessé Lilian, un adolescent de 15 ans, en marge d'une manifestation des Gilets jaunes ayant eu lieu le 12 janvier 2019 à Strasbourg, et à laquelle il ne participait pas.

Une plainte avait alors été déposée par la mère de Lilian, Flore Diesse Robin, mais classée sans suite en raison de «l'impossibilité d'identifier le policier qui a tiré» et du «défaut d'intention avéré du tir en direction du jeune homme», comme l'avait précisé l'avocat de l'adolescent et de sa mère. Flore Diesse Robin avait d'ailleurs réagi auprès de RT France en exprimant sa colère et en dénonçant «une injustice et un mépris total». Elle avait ensuite introduit une requête devant le ministère de l’Intérieur afin que la responsabilité de l’Etat soit engagée.

C'est désormais chose faite, et Flore Diesse Robin a commenté la situation en ces termes auprès de France 3 : «Enfin, j’ai été entendue. Je voulais qu’il soit officiellement innocenté par un document. Ce papier, je l’ai reçu la semaine dernière. C’est un vrai soulagement. Cela fait deux ans que j’attendais. J’avais un peu perdu espoir mais j’y croyais quand même. C’est une façon de dire : on est désolé». 

Apprendre à vivre avec ça et ne pas avoir la haine du policier

Selon sa mère, Lilian – qui vit désormais en internat près de Marseille, selon France 3 – «a encore du mal à sortir, à voir du monde. Il a tendance à rester caché en raison de sa cicatrice». Une blessure qui a laissé des séquelles : «On a découvert que la mâchoire n’était pas consolidée. Il est possible qu’il ait besoin d’une greffe osseuse dans les prochaines semaines», commente Flore Diesse Robin. Cette reconnaissance de la responsabilité de l’Etat peut potentiellement donner lieu à des indemnisations, qui seront évaluées dans les semaines à venir par un expert médical.

«Ce que j’essaie d'apprendre [à mon fils], c’est d’apprendre à vivre avec ça et de ne pas avoir la haine du policier. La haine, ça détruit. Je veux juste qu’il vive sa vie normalement», conclut Flore Diesse Robin.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»