Passé à tabac par une bande de jeunes, l'adolescent Yuriy est entendu par la police

- Avec AFP

Passé à tabac par une bande de jeunes, l'adolescent Yuriy est entendu par la police© Regis Duvignau Source: Reuters
La jeune victime du 15 janvier a été entendue par la police (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'adolescent Yuriy, dont le passage à tabac mi-janvier à Paris avait suscité l'émoi, a été pour la première fois entendu par les policiers. Au cœur de l'affaire : des violences entre adolescents issus de quartiers rivaux.

Roué de coups le 15 janvier par une dizaine d'individus en survêtement et encapuchonnés, le jeune Yuriy, 15 ans, a été entendu par les policiers le 25 février. Francis Szpiner son avocat et celui de sa famille ainsi qu'une source proche du dossier ont confirmé à l'AFP cette audition révélée auparavant par BFMTV.

Selon la chaîne d'info, l'audition a duré 1h30 en raison de l'état de santé du collégien. Ce dernier a évoqué un affrontement datant du 10 janvier qui est, selon le parquet de Paris, à l'origine de la rixe au cours de laquelle il a été passé à tabac cinq jours plus tard. De son côté, Francis Szpiner n'a pas souhaité commenter auprès de l'AFP l'état de santé du jeune homme, qui avait été hospitalisé dans un état grave.

Onze personnes mises en examen 

Onze jeunes sont mis en examen dans ce dossier. La plupart mineurs et domiciliés à Vanves (Hauts-de-Seine), au sud de Paris. Présentés à un juge d'instruction fin janvier et début février, ils sont poursuivis selon les cas pour «tentative d'assassinat» ou «vol avec violences» et «participation à une association de malfaiteurs».

Six de ces jeunes sont incarcérés dans cette affaire de violences entre adolescents issus de quartiers rivaux. Les faits se sont déroulés sur la dalle de Beaugrenelle, le toit aménagé d'un centre commercial du XVe arrondissement. Ils ont été révélés une semaine plus tard via la diffusion d'une vidéo.

Cette affaire, qui a suscité l'émoi au sein de la classe politique et chez plusieurs célébrités, a braqué les projecteurs sur les phénomènes des bandes notamment en Ile-de-France. Cette semaine, des rixes entre groupes de jeunes en Essonne ont fait deux morts, un adolescent le 23 février et une collégienne de 14 ans le 22 février.

Pourtant depuis cinq ans, le nombre de bandes apparaît plutôt stable tant sur l'agglomération parisienne que sur la capitale, souligne-t-on de source policière tout en précisant que «46 bandes actives» ont été recensées, dont «15» à Paris.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»