Un député LREM propose une loi interdisant l'écriture inclusive dans les services publics

Un député LREM propose une loi interdisant l'écriture inclusive dans les services publics© Stéphane DE SAKUTIN Source: AFP
François Jolivet à l'Assemblée nationale lors d'une séance de questions au gouvernement, le 28 juillet 2020 (image d'illustration).

Le député François Jolivet devrait prochainement déposer une proposition visant à interdire «l’écriture inclusive pour les personnes morales en charge d’un service public», co-signée par une quarantaine de députés de la droite et du centre.

Le député de la majorité La République en marche (LREM) François Jolivet est à l’initiative d’une proposition de loi qui vise à proscrire l'usage «de l’écriture inclusive pour les personnes morales en charge d’un service public». Cette proposition devrait prochainement être déposée à l'Assemblée nationale. Ce texte s'inscrivant dans le cadre du projet de loi contre le «séparatisme» vise à lutter contre ce que l'élu de l'Indre nomme «un combat militant [...], soit le fruit d'une vision personnelle en rien majoritaire, aujourd'hui entré dans le service public », comme le rapporte Le Point. Cette proposition de loi aurait pour l'instant été co-signée par une quarantaine de députés du groupe LREM, mais aussi des groupes MoDem, Agir et Les Républicains tels que Julien Aubert et Guillaume Peltier, selon Décideurs magazine.

S'appuyant sur l’article 2 de la Constitution du 4 octobre 1958, disposant que «la langue de la République est le français»la proposition de loi est rédigée comme suit : «1° Les personnes morales en charge d’une mission de service public doivent se conformer aux règles grammaticales et syntaxiques édictées par l’Académie française. 2° Les pratiques rédactionnelles et typographiques visant à substituer à l’emploi du masculin générique, une graphie faisant ressortir l’existence d’une forme féminine, ne sont pas autorisées.»

L'écriture inclusive est autant illisible que discriminante

Dans une série de tweets publiés le 11 février, François Jolivet avait expliqué son combat contre l'écriture inclusive en ces termes : «Au hasard de publications parfois officielles, nous découvrons des mots nouveaux : "iels" pour "ils/elles", "toustes" pour "tous/toutes", "celleux" pour "celles/ceux", "Cher·e·s lecteur·rice·s déterminé·e·s". In fine, l’écriture dite "inclusive" (mais plutôt "exclusive") contribue à brouiller la nature même des messages. Il faut y mettre fin dans toutes les entités en charge d’une mission de service public. Les experts de la dyslexie, dyspraxie et dysphasie sont préoccupés, et alertent sur les difficultés supplémentaires engendrées par cette forme d’écriture. Nos concitoyens malvoyants ou aveugles sont aussi inquiets de sa progression, car les dispositifs de lecture qu’ils utilisent sont inopérants». «L'écriture inclusive est autant illisible que discriminante. Le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes est juste, mais les chemins qu’il emprunte sont parfois déroutants et inutiles. Ils fracturent, et ne réparent rien», avait-il alors conclu.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»