L'Assemblée nationale adopte le projet de loi contre le «séparatisme»

- Avec AFP

L'Assemblée nationale adopte le projet de loi contre le «séparatisme»© Christophe ARCHAMBAULT Source: AFP
Hémicycle de l'Assemblée nationale.
Suivez RT France surTelegram

Après plusieurs semaines de débat houleux au sein de l'Hémicycle, une majorité de députés a adopté le 16 février le controversé projet de loi contre le «séparatisme» défendu par le gouvernement. 347 députés ont voté en faveur du texte, 151 contre.

Le projet de loi «confortant le respect des principes de la République» a été adopté en première lecture le 16 février par l'Assemblée nationale. Défendu par le gouvernement, le texte de loi a suscité au cours de ces dernières semaines de nombreux débats houleux au sein et en dehors de l'Hémicycle.

Défendu par le gouvernement le projet de loi a été adopté par 347 voix pour, 151 voix contre et 65 abstentions. 

Présenté notamment par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin comme le remède contre «l'OPA islamiste», le projet de loi contient une batterie de mesures sur la neutralité du service public, la lutte contre la haine en ligne, l'encadrement de l'instruction en famille – disposition finalement la plus discutée –, le contrôle renforcé des associations, une meilleure transparence des cultes et de leur financement, et encore la lutte contre les certificats de virginité, la polygamie ou les mariages forcés.

Le Sénat examinera le texte le 30 mars

Riche de quelque 70 articles, le texte a donné lieu à 80 heures de débats en séance et l'adoption de 144 amendements. Ses détracteurs l'accusent d'être «bavard» et «fourre-tout».

Au Sénat, où le projet de loi doit être examiné en séance à partir du 30 mars, Bruno Retailleau, chef de file de la droite majoritaire, entend supprimer l'article controversé sur l'école à domicile, introduire la notion de «séparatisme islamiste» et l'interdiction du voile dans les lieux publics.

Au RN, Marine Le Pen a fustigé une «reculade politique» et les députés d'extrême droite devraient a priori «s'abstenir», selon Sébastien Chenu.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»