«Vous refaire une santé laïque» : passe d'armes entre Alexis Corbière et Jean-Michel Blanquer

«Vous refaire une santé laïque» : passe d'armes entre Alexis Corbière et Jean-Michel Blanquer© Romain Gaillard Source: AFP
Le député de la Seine-Saint-Denis Alexis Corbière.

Le débat autour du projet de loi contre le «séparatisme» s'est tendu entre les membres de La France insoumise et la majorité. Au cœur des divergences, un amendement défendu par Alexis Corbière qui l'a opposé à Jean-Michel Blanquer sur la laïcité.

L'ambiance était électrique le 12 février à l'Assemblée nationale. Au cœur des tensions, une passe d'armes entre le député La France insoumise Alexis Corbière et le ministre de l'Education nationale sur la laïcité.

Le député insoumis de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière défendait alors un amendement au projet de loi contre le «séparatisme» visant à abroger la loi Carle de 2009, qui impose aux communes de financer les écoles privées. 

Vous qui n'avez jamais été présent dans le combat laïc dans toute votre histoire

«Vous essayez de vous refaire une santé laïque au travers d'un débat très vain», a répondu le ministre de l'Education nationale à une interpellation du député, avant de renchérir : «Ces derniers temps vous avez été sacrément ambigus». Une allusion aux accusations d'électoralisme et de complaisance envers le communautarisme adressées à La France insoumise par de nombreux de ses opposants.

Visiblement très remonté, Alexis Corbière a répliqué que «l'œuvre de Jean-Michel Blanquer n'est pas de faire revenir les enfants vers le public». Et d'ajouter: «Je suis ambigu ? Vous qui n'avez jamais été présent dans le combat laïc dans toute votre histoire.»

Le ministre, après avoir accusé le député insoumis d'avoir commis «un petit dérapage», s'est défendu d'un air grave : «Celui qui vous parle a failli perdre la vie en étant au service de l'école publique […] pour les enfants les plus défavorisés de France». En 2004, Jean-Michel Blanquer, alors recteur de l'académie de Guyane, était allé à la rencontre d'élèves d'un village à bord d'une pirogue qui s'était fendue. Il avait failli se noyer dans le fleuve Maroni.

L'article 18 dit de «Samuel Paty» avait été en partie voté le 10 février par l'Assemblée nationale, malgré un climat déjà houleux.   

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»